Dans les rouages du harcèlement sexuel

SMHSexe, mensonges et harcèlement. Un documentaire percutant sur le travail de l’AVFT avec les victimes de harcèlement sexuel et sur les œillères des politiques, le tout dans la tourmente qui a accompagné la décision du Conseil constitutionnel en mai dernier. Diffusé mardi 4 septembre sur France 2, et à voir en ligne jusqu’au 11 septembre.


 

« Donc en fait je suis foutue. » Ainsi réagit Aline Rigaud quand elle apprend le 29 février 2012 que le Conseil constitutionnel va examiner la loi qui réprime le harcèlement sexuel. C’est cette femme qui, il y a 3 ans, a eu le courage de porter plainte contre le notable Gérard Ducray. Condamné, ce dernier s’en remettait au Conseil constitutionnel ; lequel décidait le 4 mai 2012 d’abroger la loi. Ce qui a poussé au vote en urgence, cet été, d’une nouvelle loi. Mais la procédure d’Aline Rigaux est effacée et, juridiquement, elle ne peut à nouveau porter plainte.

« Sexe, mensonges  et harcèlement » met à jour autant les mécanismes du harcèlement sexuel que ceux du déni qui a conduit au choc de la décision des ‘Sages’. Le documentaire fait apparaître, au fil des témoignages, l’effet de surprise souvent à l’œuvre, et la difficulté de réagir dans ces circonstances ; le cerveau qui « disjoncte au moment du stress ». Quand l’acte se produit, « on est assommé », témoigne Aline Rigaud. « Qu’il ait été tenté par cette femme, à mon avis c’était son erreur », commente benoîtement l’avocat de Gérard Ducray. « Qui ne dit mot consent » : tel est l’argument de défense de ce grand patron visé par une autre plainte.

« Tout le monde se débine »

La réalisatrice Clarisse Feletin suit avant tout le travail de l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT), principale association de soutien juridique aux victimes. Marilyn Baldeck, sa déléguée générale, s’emporte contre le désintérêt des décideurs sur cette question. De nombreuses fois, elle a invité des élus, des chefs d’entreprises, à venir rencontrer des victimes dans les locaux de l’AVFT. Mais « tout le monde se débine ; je n’ai jamais vu personne accepter cette invitation ».

Le documentaire souligne comment les politiques ont fermé les yeux sur les imprécisions de la précédente loi, sur lesquelles l’AVFT les alertait depuis des années. Il met de même en évidence la faute des ‘Sages’ du Conseil constitutionnel qui ont choisi d’abroger le texte sans délai, sans considération pour les procédures en cours.

Et si la nouvelle loi a été adoptée à l’unanimité (le film a été achevé avant ce vote), Clarisse Feletin montre combien des parlementaires apparaissaient réticents à mesurer la gravité de la question. L’ancienne députée Martine Billard, ou l’ancienne ministre Chantal Jouanno, témoignent d’ailleurs avoir elles-même subi du harcèlement de la part de confrères de l’Assemblée nationale.

La réalisatrice, dans un entretien à Télérama, évoque un « double déni, social et juridique, et une forme d’aveuglement » au sujet du harcèlement sexuel. En 2010, sur le millier de plaintes déposées, seules 35 ont abouti à des condamnations.

 

Sexe, mensonge et harcèlement, un documentaire de Clarisse Feletin (52 min). Mardi 4 septembre à 22h40 sur France 2. Et en ligne jusqu’au 11 septembre.

 

 

Tous les articles de la rubrique Point de vue

3 réflexions au sujet de « Dans les rouages du harcèlement sexuel »

  1. [quote name=”Rosa”]Savez-vous si le film sera rediffusé ou visible sur internet ?

    Oui, logiquement après sa diffusion il devrait être visible pendant une semaine sur internet (soit jusqu’au 11 septembre). Nous ajouterons le lien quand ce sera le cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php