Accueil Politique Dati dégaine ses propositions pour la parité

Dati dégaine ses propositions pour la parité

par La rédaction

Certaines des 20 propositions du collectif « A droite toutes » risquent de faire grincer des dents à l’UMP…


Faire de l’UMP une « Union pour un mouvement paritaire ». C’est l’objectif ambitieux du collectif « A droite toutes », qui revendique une centaine d’élues « de droite et de centre-droit » qui veulent voir leur parti « faire une plus grande place aux femmes et à leurs idées. »
Ce collectif fondé par Rachida Dati au lendemain des élections législatives a présenté sur son nouveau site internet, lancé vendredi 7 septembre, les vingt premières propositions qu’il demande aux candidats à la présidence de l’UMP de reprendre dans leur projet. La moitié d’entre elles concerne la parité en politique.

« A droite toutes » se positionne ainsi, par exemple, en faveur de la suppression de « la totalité des subventions publiques aux partis qui ne respectent pas la loi sur la parité ». Une mesure que l’actuelle majorité entend justement mettre en œuvre, et que l’ancienne majorité avait toujours rejetée. En 2010, les députés UMP s’étaient ainsi débarrassés de la proposition de Chantal Brunel, rapporteure de l’Observatoire de la parité, qui entendait simplement renforcer ces pénalités. Dans le cadre actuel des sanctions, l’UMP devra se passer de près de 4 millions d’euros par an au cours de cette législature. « A droite toutes » propose aussi d’étendre la contrainte de parité à l’ensemble des communes pour les élections municipales.

Récent abandon à Paris

Autant dire que les propositions du collectif auront du mal à passer au prochain congrès de l’UMP. On se souvient que la fronde menée au printemps dernier à Paris, par Rachida Dati et d’autres, contre des investitures au législatives 100% masculines, avait fait long feu. Sans compter que la question de la parité apparaît pour l’instant secondaire dans la lutte pour la présidence du parti, dominée dans les médias par le duel Fillon-Copé.

Jean-François Copé, pour lequel roule Rachida Dati, s’affiche certes comme un défenseur de la parité. Mais n’a rien su faire pour empêcher l’UMP de ne présenter qu’un quart de candidates aux dernières élections législatives – et de n’obtenir que 14% d’élues. Il a également l’habitude d’affirmer que son équipe est paritaire, ce qui n’est pas le cas. « A droite toutes » appelle d’ailleurs, parmi ses propositions, à « des objectifs de parité pour l’ensemble des institutions nationales de l’UMP, et en premier lieu la Commission nationale d’investiture. » Candidate à la présidence du parti, Nathalie Kosciusko-Morizet s’était déjà déclarée favorable à cette dernière mesure

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire