Accueil Eco & SocialEnvironnement Davantage de femmes dans les négociations climatiques ?

Davantage de femmes dans les négociations climatiques ?

par La rédaction
Par garlandcannon sur Flickr (CC BY-SA 2.0)

Par garlandcannon sur Flickr (CC BY-SA 2.0)

Rare « accomplissement historique » à Doha : un accord sur un objectif d’équilibre entre hommes et femmes dans les instances de négociations sur le climat.


 

Si on attend toujours les solutions face au réchauffement climatique (Lire : Doha s’achève sans aucun engagement nouveau), la COP 18 qui vient de s’achever à Doha aura tout de même débouché sur un progrès : les pays participants à la conférence de l’ONU se sont engagés à renforcer la place des femmes dans les futures négociations.

L’ONU Femmes salue « un pas décisif pour la promotion d’une politique climatique tenant compte des questions de genre, en assurant que les voix des femmes sont entendues. » La Directrice exécutive adjointe d’ONU Femmes, Lakshmi Puri, qui a participé à la Conférence, y voit même un « accomplissement historique » pour la représentation et le leadership des femmes dans le cadre de la gouvernance mondiale.

A l’issue de la conférence sur le climat de 2001, déjà, les négociateurs avaient adopté une décision visant à « améliorer l’équilibre entre les sexes » dans les processus de négociations. Onze ans après, la décision adoptée à Doha constate des progrès mais note que « les femmes continuent d’être sous-représentées au sein des organes crées » pour encadrer les négociations sur le climat.

4 ans pour examiner les progrès…

La décision prise à Doha va donc plus loin : elle fixe « pour objectif un équilibre entre hommes et femmes » dans ces organes. A charge pour les instances engagées dans le processus de négociations de faire participer davantage de femmes, à tous les niveaux. Les États sont également incités à désigner davantage de femmes au sein de ces organes, et à « s’efforcer d’établir un équilibre entre hommes et femmes dans leurs délégations » participant aux négociations. Les participants se donnent un délai de 4 ans pour examiner les progrès qui auront été accomplis.

En avril dernier, une résolution adoptée par le Parlement européen rappelait à la Commission et aux États membres de l’UE la nécessité d’« inclure davantage les femmes dans la diplomatie climatique européenne, à tous les niveaux de la prise de décision et principalement dans le cadre des négociations sur le changement climatique, grâce à l’adoption de mesures telles que l’introduction d’un quota minimal de 40 % de femmes dans les délégations ».

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Changement climatique : pour l’ONU, les femmes sont en première ligne

85% d’hommes pour le suivi du Grenelle

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire