Davos 2023 : Greta Thunberg et ses amies défient les PDG du gaz et du pétrole

par La rédaction

Alors que le Forum économique mondial s’ouvre, quatre jeunes femmes lancent une pétition mondiale contre l’hypocrisie des dirigeants des énergies fossiles qui « font surchauffer la planète ». Elles menacent d’engager des actions en justice.

Elles sont quatre à initier la pétition : Vanessa (Ouganda), Greta (Suède), Helena (Équateur), Luisa (Allemagne) et elles ont bien l’intention de gâcher la fête de ce Forum économique mondial qui revient dans sa version habituelle après trois ans de pandémie. Le World economic forum, WEF, qui accueille chaque année les « grands de ce monde » dans la station de ski suisse de Davos, paraît bien mesquin sous la plume de la très populaire militante suédoise Greta Thunberg et de ses sœurs de lutte.

« Décennie après décennie, les PDG du gaz et du pétrole trompent le grand public sur l’impact des énergies fossiles qui font surchauffer la planète. Et pourtant, sous nos yeux, la forêt brûle, les inondations et les sécheresses tuent. » La pétition qui s’adresse « aux PDG de l’industrie fossile » dénonce l’hypocrisie des décideurs : « Ils prétendront se soucier de la planète… tout en continuant de lancer de nouveaux forages et d’engranger des milliards. »

Alors, disent-elles à ces dirigeants de multinationales : « Nous vous mettons en demeure d’arrêter immédiatement l’ouverture de nouveaux sites d’extraction de pétrole, de gaz ou de charbon et de cesser de bloquer la transition vers les énergies propres dont nous avons toutes et tous besoin. »

Elles préviennent : « Sans une action immédiate de votre part, les citoyens du monde entier envisageront de lancer des procédures en justice pour que vous répondiez de vos actes. Sachez aussi que nous continuerons à manifester dans les rues par milliers. »

La pétition lancée dimanche 15 janvier s’achemine vers le million de signatures et les quatre jeunes femmes vont pouvoir, comme elles s’y sont engagées, aller présenter le texte à Davos.

A 21 ans, Greta Thunberg a déjà une longue histoire avec les dirigeants qui fréquentent Davos. En 2019, alors qu’elle était, à 16 ans, la plus jeune « personnalité de l’année » désignée par le magazine Time, Donald Trump, le président des Etats-Unis, avait trouvé cette distinction « ridicule » et bon nombre de climatosceptiques avait critiqué la jeune militante suédoise.

Lire : GRETA THUNBERG PERSONNALITÉ DE L’ANNÉE, LES CLIMATOSCEPTIQUES EN COLÈRE

Peu de temps après, alors que Trump refusait de reconnaître sa défaite à sa réélection, Greta Thunberg lui envoyait un message cinglant : lire : « DÉTENDS-TOI DONALD » : LE CONSEIL CINGLANT DE THUNBERG À TRUMP

Avec ces jeunes militantes, les dirigeants qui exploitent les énergies fossiles vont avoir de plus en plus de mal à faire triompher leurs discours de minimisation de la catastrophe climatique.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

GRETA THUNBERG CLOUE LE BEC À L’INFLUENCEUR ARRÊTÉ PAR LA POLICE

« GRETA THUNBERG MÉNOPAUSÉE » PROPULSE BIGOT AU FIRMAMENT DES CHRONIQUEURS RÉACS

A DAVOS, LES HOMMES GARDENT LE POUVOIR

AU GUARDIAN, ANNA BATESON COUPE LA PUB POUR LES ÉNERGIES FOSSILES

Partager cet article

1 commenter

Léa 17 janvier 2023 - 10:31

Super !!
Parce que « bizarrement », depuis que l’écologie est devenue un sujet qui fait vendre, les femmes sont presque invisibles : Janco, Parrique, Dion, Farhangi, Barrau, Servigne… que des gars pour sauver la planète.
Qui chez les femmes? Valérie Masson-Delmotte, dont l’exposition médiatique n’a rien à voir avec ses collègues masculins ci-dessus…. Il y a d’autres noms mais elles sont beaucoup, beaucoup moins exposées, et en général elles le sont pour des raisons de militantisme et non de science. C’est d’ailleurs le cas pour ces jeunes filles, outre qu’en dehors de vous pas grand monde n’en parle, on est quand même dans le cri émotionnel de la jeunesse angoissée. Les choses sérieuses sur le climat, encore une affaire d’hommes. Je suis étonnée d’ailleurs que ça ne vous ait pas encore frappé.

Répondre

Laisser un commentaire