Accueil Politique & Société Déjeuner pas très #JamaisSansElles au salon de l’agriculture

Déjeuner pas très #JamaisSansElles au salon de l’agriculture

par Isabelle Germain

Le président de la République s’est trouvé sur la photo d’une tablée montrant seulement des hommes. Il avait pourtant signé l’engagement #JamaisSansElles en 2017.

Lors de l’inauguration du salon international de l’agriculture à Paris le 22 février, le président de la République a déjeuné avec les principaux représentants des filières et des inter-professions agricoles.  Et sur une photo postée par l’un des convives, Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du Commerce et de la Distribution (FCD), pas une femme n’est assise autour de la table.

Réagissant à cette photo, beaucoup d’internautes se sont indignés. Et le mouvement Jamais sans elles, qui a réussi à convaincre beaucoup d’hommes de pouvoir de ne pas participer à des manifestations publiques s’il n’y avait pas de femme parmi les intervenants, a interpellé le président de la République. En 2017, le candidat Emmanuel Macron avait en effet signé  #JamaisSansElles, mais manifestement, ses services ne prennent pas la peine de s’assurer, avant chaque intervention, qu’il pourra respecter cet engagement.

Alors l’association a lancé sur twitter : « #SIA2020 @EmmanuelMacron, nous espérons qu’en tant que signataire de #JamaisSansElles vous avez signalé l’anomalie que représente ce déjeuner sans aucune femme, et avez regretté publiquement cette situation absurde, quand 25% des chefs d’exploitations agricoles sont des femmes !»

Peu de convives interpellés ont pris la peine de répondre à  Tatiana F Salomon, co-fondatrice de #JamaisSansElles. Seul Roland Lescure, Député des Françaises et des Français d’Amérique du Nord a écrit dans un bref tweet : «ça a été mentionné et commenté»

Emmanuel Macron se flattait d’avoir été le premier candidat à signer la charte pendant la campagne pour l’élection présidentielle ainsi qu’il le disait dans ce tweet daté du 7 mars 2017

Le monde agricole n’est pourtant pas un monde composé exclusivement d’hommes. Depuis que la présidence de la FNSEA est assurée par Christiane Lambert, il est plus rare de voir des assemblées 100 % hommes lorsque la filière réunit ses membres éminents. 

L’absence de femme est-elle causée par les sujets abordés lors du déjeuner ? Il s’agissait de parler gros sous… Selon les journaux qui ont suivi Emmanuel Macron dans ses déambulations agricoles, il était question des neuf milliards d’aides Européennes qui pourraient être remises en question suite au Brexit. Il a aussi été question, lors de cette rencontre, de la loi dite Egalim, issue des Etats généraux de l’alimentation .

Ce n’est pas la première fois que des hommes ne tiennent pas leurs engagements. Certains des premiers signataires n’avaient pas attendu une semaine pour les trahir. Voir : Jamais sans elles, sauf si j’oublie Et ces archives « Jamais sans elles »

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

Mme theryca 28 février 2020 - 13:01

Je voudrais vous dire que la statistique concernant la proportion de femmes cheffes d’entreprises agricoles (25 %) est complètement fausse : en effet, toutes les femmes cheffes d’entreprises agricoles parties en retraite ou décédées depuis l’installation du décompte sont cumulées, c’est-à-dire qu’on ne supprime jamais leur nom. De plus, pour la plupart, ces femmes âgées ont changé le prénom au moment du décès de leur mari et continuent officiellement l’entreprise parce qu’elles louent leurs terres à des éleveurs par exemple. Il s’agit donc en réalité et le plus souvent d’entreprises masculines. Les femmes nées en milieu rural peuvent confirmer sans statistiques que le chiffre de 25% est aberrant, juste en regardant autour d’elles.

Répondre

Laisser un commentaire