Accueil CultureCinéma Démissions à l’Académie des César, diversité attendue

Démissions à l’Académie des César, diversité attendue

par Isabelle Germain

Après plusieurs polémiques, dont celle des 12 nominations de Polanski, la direction des César annonce sa démission collective. Renouvellement complet attendu.

« Cette démission collective permettra de procéder au renouvellement complet» C’est par un  communiqué très succinct que la direction de l’Académie des César a annoncé, jeudi 13 février en début de soirée, que « le conseil d’administration de l’Association pour la promotion du cinéma (qui régit l’Académie des arts et techniques du cinéma) a pris la décision à l’unanimité de démissionner. » Ceci à quelques jours de la 45e cérémonie des César qui aura lieu le 28 février

Une décision prise après moult pressions et polémiques autour d’une organisation qui cultive un entre-soi d’un autre temps. Le collège de l’Académie, de plus de 4 000 professionnels du cinéma qui votent pour attribuer les récompenses, compte 65 % d’hommes et 35 % de femmes. Et « l’opacité des nominations » à la direction, comme parmi ces 4000 professionnels, est dénoncée.

La polémique la plus bruyante qui a précédé la démission de la direction est sans doute celle qui a entouré l’annonce des 12 nominations de Polanski pour la 45e édition des César. Cet « honneur fait à un violeur » comme l’ont dit les militantes de la Barbe, montre comment la concentration du pouvoir, au cœur d’un entre-soi d’hommes dominants dans le 7ème art, infuse une culture sexiste dans la société.

Voir POLANSKI  DÉJÀ VICTORIEUX AUX CÉSAR

Mardi 11 février, plusieurs associations féministes publiaient une « Lettre ouverte » dans Le Parisien à l’initiative d’Osez le Féminisme! disant «Si violer est un art, donnez à Polanski tous les Césars!» Dans leur texte, elles mettaient en cause le principal verrou du système : « À Alain Terzian, président de l’Académie des Césars qui déclare refuser « les positions morales » : vous vous trompez. Il s’agit de justice, pas de morale. Refuser de prendre position, célébrer un agresseur comme Polanski, c’est soutenir le système d’impunité des violences masculines, et museler la parole des victimes. » dénonce la lettre ouverte.

L’affaire Polanski est révélatrice de dysfonctionnements dénoncés depuis longtemps, qui ont fini par dépasser Alain Terzian et la direction. Le 13 janvier dernier, les César organisaient leur traditionnel dîner des Révélations en lice pour les nominations des espoirs féminins et masculins. La règle veut que ces Révélations soient accompagnées de parrains et marraines. Mais l’Académie a refusé deux marraines : la romancière Virginie Despentes et la réalisatrice Claire Denis, estimées pas assez légitimes et médiatiques par Alain Terzian. La Société des Réalisateurs de Films (SRF) s’en est publiquement indignée. Au cours de la soirée, plusieurs réalisateurs et acteurs, (Michel Hazanavicius, Cédric Klapisch ou Marina Foïs) ont exprimé les protestations de la SRF, refusant « qu’il y ait des artistes désirables et indésirables ». Sous la pression, Alain Terzian a finalement présenté de vagues excuses.

Dans un entretien au Journal du dimanche, le 9 février, le président des Césars a annoncé, entre autres, la mise en place de la « parité »au sein de l’organisation d’ici à un an…

Le 10 février, 400 personnalités du cinéma français signaient une tribune dans Le Monde.  Jugeant insuffisants les changements promis, elles réclamaient une « réforme en profondeur » de l’Académie des César. Ces personnalités dénonçaient des « dysfonctionnements » et l’opacité des nominations reposant sur « la cooptation » Puis il y a eu la tribune des associations féministes et la démission.

Quelle suite ? Le ministre de la Culture Franck Riester, tout en rappelant que l’Académie des César est une institution indépendante, a indiqué, dans un communiqué, que la future direction devra « permettre de représenter le cinéma français dans toutes ses esthétiques et sa diversité  afin de permettre à l’Académie de continuer à incarner son rayonnement »

Osez le féminisme! réclame l’annulation des nominations et de nouvelles désignations.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire