Accueil Société Des grues feront-elles le printemps ?

Des grues feront-elles le printemps ?

par La rédaction

Des pères divorcés qui revendiquent la résidence alternée pour leurs enfants préparent une journée d’action le 21 mars. La presse saura-t-elle prendre plus de recul que sous les grues de Nantes un mois plus tôt ?


 

Un mois après le coup d’éclat de Nantes, le lobbying des pères reprend de plus belle. Plusieurs groupes, nationaux et locaux, se sont créés, notamment sur Facebook, pour préparer un « printemps des pères » ; une journée d’action le 21 mars, partout en France.

Prévenus

Le mouvement apparaît désordonné. Mais quelques dizaines de pères semblent prêts à se mobiliser. Selon le cinéaste Patric Jean, ils prévoient pour le jeudi 21 mars des rassemblements, notamment devant des enseignes Printemps, puis des « escalade de grues et bâtiments en tout genre. A Paris, ils ont prévu de monter sur la Tour Eiffel à 18h pour y étendre une banderole ». Même si, faute d’effet de surprise, il y a peu de chance qu’ils y parviennent.

Lire aussi sur les Nouvelles NEWS :

Le lobbying des pères en haut des grues ;

Garde des enfants : les pères gagnent du terrain ;

Pensions alimentaires, l’aure pomme de discorde des séparations.

« Ce coup ci les journalistes et les ministres ne pourront pas nous dire qu’ils étaient pas prévenus », écrit Nicolas Moreno. Cet habitué des actions médiatiques est l’un des meneurs du mouvement. Il avait rejoint, l’espace de quelques heures, le père qui avait passé trois jours sur une grue, à Nantes. Patric Jean, lui, espère que « la presse prendra ses distances et parlera de leur action avec plus de discernement que la dernière fois ». En relevant que ces pères, qui affichent leur « révolte » contre « l’injustice des affaires familiales », font de quelques cas particuliers injustes – ou parfois discutables – des généralités contestables.

Discours de plus en plus radicaux

Dans les actions de Nantes, ainsi qu’il l’expliquait dans Le Monde, Patric Jean ne voyait pas un acte isolé mais « un travail collectif d’associations masculinistes misogynes ». L’auteur du documentaire La Domination Masculine , pour lequel il a infiltré des groupes masculinistes au Québec, s’inquiète de cette nouvelle action du 21 mars et des « discours de plus en plus radicaux et violents des pères concernés ». Après les mots malheureux du père, en descendant de sa grue à Nantes, fustigeant les « bonnes femmes » ministres qui « se foutent toujours de la gueule des papas », les canalisateurs du mouvement, sur Facebook, appellent à la modération. Mais Patric Jean souligne, en évoquant les insultes à l’égard des femmes qui fleurissent dans leurs discours, à quel point « la communication interne de certains militants ne peut qu’inquiéter ».

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

10 commentaires

benoit 20 mars 2013 - 22:22

monsieur patric jean , ferais mieux d’enlever le bandeau qu’il a autour des yeux et réfléchir un peu plus avant de faire une analyse complètement décalée et déformée de la réalité .
la révolte n’a rien a voir de près ou de loin avec un mouvement masculiniste .

Répondre
carlos 20 mars 2013 - 23:19

allez encore ca, ils en ont pas marre a chaque fois de monter sur des grues
toujours les hommes et les femmes qui ont subit des injustices…on en parle jamais!!!

Répondre
Nicolas Moreno 20 mars 2013 - 23:34

Merci à toi Patric pour la pub
T’es un pro,
La bise

Répondre
Nicolas Moreno 20 mars 2013 - 23:39

Merci pour le coup de pub Pat,
Bon printemps à toi,
Bise,
Nicolas Moreno,
Grue Grise.

Répondre
pfff carlos 21 mars 2013 - 04:56

« carlos »
allez encore ca, ils en ont pas marre a chaque fois de monter sur des grues
toujours les hommes et les femmes qui ont subit des injustices…on en parle jamais!!!

tu peux monter aussi

Répondre
Eric pervillé 21 mars 2013 - 06:08

Cher peti monsieur, je voit que vous n’avez rien compris au probléme des enfants et des papas séparés, avez-vous déja eu à faire au JAF ?
Je ne pense pas car sinon vous ne parleriez pas ainsi, d’ailleurs de quoi vous mêlez vous, occupez-vous de vos petits films, nous les papas de france somme dans la réalité et non dans un film à deux balles. De quel droit mettez vous en cause l’amour des papas pour leurs enfants !!! de quel droit je vous le demande !!! Il n y a rien de plus terrible et de dramatique d’être séparé de son enfant et c’est encore pire quand cela vient d’une injustice commise par une institution qui prétend se nommer justice mais qui n’a de justice que le nom, dossiers baclés et discrimination systématique du pére !!! Un papa est un parent qui aime son enfant autant qu’une maman et un enfant a le droit de voir son papa autant que sa maman, et sachez que mon fils qui a cinq ans me réclame la résidence alternée avec ces mots à lui, alors allez lui dire en face que vous êtes contre, je pense que sa réaction pourrai vous étonné. Alors resté dans votre monde virtuel qu’est le cinéma et laissé le monde réel aux adultes responsables !!!!!!

Répondre
09 Aziza 21 mars 2013 - 10:31

@eric P; Monsieur, la violence de votre discours, et votre argument que , selon vous « votre fils de 5 ans réclamerait la résidence alternée avec ses mots à lui », font plus contre les groupes de pères que n’importe quel débat!! Visiblement , vous ne savez pas ce que c’est qu’un enfant, ou bien vous l’instrumentalisez.
Personne ne dit qu’un père aime moins son enfant qu’une mère! mais la forme de cet amour est différent.
de même , un enfant aime autant son père que sa mère,( s’il n’y a pas de contexte de violence). mais tout cela n’efface pas le BESOIN DE STABILITÉ ESSENTIEL d’un jeune enfant. Interviewés une fois adultes, nombre d’ex-enfants ayant ainsi vécu en alternance ont exprimé la déception de n’avoir pas réellement de maison, de vivre toujours une valise à la main, d’avoir toujours oublié quelque chose….vous même , Monsieur, accepteriez vous de gaieté de coeur de semblables conditions de vie ? Un enfant est une personne, avec des besoins spécifiques. Essayez de vous mettre à sa place, au lieu de vitupérer. Vous êtes co-responsable de sa construction psychique. Le couper en deux ne l’aidera pas.
Mon mari et moi nos sommes séparés temporairement lorsque nos enfants avaient 12 et 4 ans,et sans que nous ayons même à en débattre, il a vite compris que les enfants avaient besoin de garder la même école, le même cadre de vie, les mêmes copains, la proximité des grand’ parents et de la marraine…ce qui ne l’a pas empêché de s’en occuper, et même de venir les garder chez moi en mon absence. Un homme d’honneur, c’est celà. Un homme d’honneur ne fait pas autant de tapage.
Toutes les statistiques et l’expérience empirique, montrent que vous faites une montagne d’une taupinière. Et qu’infligez vous à vos enfants?

Répondre
stephane 21 mars 2013 - 15:26

« pfff carlos »

« carlos »
allez encore ca, ils en ont pas marre a chaque fois de monter sur des grues
toujours les hommes et les femmes qui ont subit des injustices…on en parle jamais!!!

tu peux monter aussi

les femmes qui ont subi des injustice sont les bienvenue dans nos actions, on parle de printemps des peres ou d association de peres car c est le cas pour + de 95% des personnes qui ont subit des injustice,de plus nous comptons parmis nous de tres nombreuses sympathisantes non concerné par ces injustices qui sont a 100% daccord avec nos revendications

vous quand vous parlez de violences conjugales vous incluez les hommes victimes ? j en doute fort
au plaisir !

Répondre
stephane 21 mars 2013 - 16:10

etes vous si hargneux pour chercher le conflit avec des gens pacifiste qui millite pour le bien etre et le bon developement psycholgique de leur enfant , c est pitoyable !!

si masculisme il y a en france? , c est vous et certaines feministes qui le semé avec vos propos haineux . personnelement je n en ai jamais croiser dans nos mouvement pour le droit des peres, de toute facon, il ne serait pas les bienvenue

le masculisme est mauvais ok ? mais le feminisme serait humaniste ? j en suis pas sur du tout , certes le feminisme a apporter de bonnes choses a une epoque ,mais quand on les ecoutes aujourdhui elles ne cherche plus l egalité mais la superiorité et on leur offre un ministere bien joué! qu on ne me parle pas des 25% de salaire que les femmes toucherait en moins c est peut etre vrai pour une petite minorité mais ne parlez pas de moyenne , j ai 4 ans d etude mais je ne touche pas plus que mes collegues femmes sans qualifications!!
quand aux temps consacré aux taches menagere , on est plus dans les années 60 faut arreter ! je serait ravie de debattre un peu plus du sujet avec vous si ca vous dit!

Répondre
Eren JABE 3 avril 2013 - 10:00

Qui a lu « LE CHATEAU » de Kafka me comprendra aisément.
Combien d’Allô ? à la citadelle,
à subir la cyclique ritournelle,
d’une opératrice sensée prendre votre appel…
Heures, puis jours d’attente, soudain l’on décroche enfin :
– « Allô ? Je voudrai être père… »
– « Rappelez en fin de semaine »
Promesse déjà vaine
puisque le vendredi, je sais ces dames-juges inaccessibles, eh oui, Kafka, ton château est bien là.
En ramenant mon pimpin, samedi dernier à 18h, il m’a surpris de ses progrès en m’égrenant
de ses petits doigts les jours de la semaine : « demain dimanche, après lundi… vendredi et samedi : papa ! »
Je n’ai pas osé entaché sa joie ;
que c’était l’autre samedi, dans quinze jours… Depuis fin 2010 !
A l’avocate qui me dit d’attendre la réponse du tribunal encore et toujours :
– « Mais pourquoi une telle pension alimentaire pour si peu de temps ? »
– « C’est normal : plus de frais pour la partie qui s’occupe de l’enfant »
– « Mais avec cette logique, en ne le voyant plus, je verserai alors mon salaire entier ? »

Ma pauvre logique à moi, serait de faire payer les pères qui ne voudraient pas de leurs enfants et non l’inverse ?
Lundi, mardi, mercredi… 2011, 2012, 2013…
des juges-fonctionnaires
gèrent leur carrière
tandis que Les pères
plus nécessaires
finissent par comprendre que La logique du PAYEUR arrange tout le monde.

Répondre

Laisser un commentaire