Deux élues lancent un réseau pour l’égalité

par Arnaud Bihel

Le ‘Mouvement d’élues françaises pour l’égalité’ se veut un think tank des politiques locales pour l’égalité. Pour les femmes mais aussi celles et ceux qui « sortent du cadre « Français de souche » ».


Après le choc des européennes, deux jeunes élues locales réagissent en agissant. Assia Benziane et Marlène Schiappa lancent un ‘Mouvement d’élues françaises pour l’égalité’ (MEFE). Son rôle ? « Lancer des projets communs, nous inspirer les un/es les autres quand des actions positives pour l’égalité sont menées dans nos villes respectives. »

Assia Benziane et Marlène Schiappa, 25 et 31 ans, sont adjointes aux Maires, déléguées à l’égalité, les droits des femmes, la lutte contre les discriminations. La première à Fontenay-sous-Bois, la seconde au Mans.

Ce mouvement, les deux femmes qui se connaissaient via leurs engagements associatifs en ont « eu l’idée dès la campagne municipale », explique Marlène Schiappa. « Et nous en avons parlé concrètement dès que nous avons su que nous avions des délégations sur l’égalité ».

Le mouvement ne devait pas naître si tôt, mais le score du Front National aux Européennes a précipité leur action, expliquent-elles, choquées de voir arriver en tête « un parti intrinsèquement xénophobe, dont l’idéologie est basée sur le rejet de l’autre ».

« La présence au Parlement européen d’une majorité de députés FN signifie que la France ne sera pas en mesure de défendre comme elle le devrait l’égalité des droits; pour les femmes (IVG par exemple) mais aussi pour les LGBT et bien sûr les étrangers, les immigrés, avec ou sans papiers; et toute personne qui sort du cadre « Français de souche » », relève Marlène Schiappa.

Elles-mêmes élues sur des listes de gauche, les deux fondatrices du MEFE appellent les élus et élues de tous bords à rejoindre ce mouvement pour l’égalité. Elles sont d’ores et déjà en contact avec des élu-e-s d’ EELV, de l’UMP, de l’UDI, du Front de gauche et du PS.


Partager cet article

1 commenter

de profundis 28 mai 2014 - 20:08

go go go girls, bousculez la classe politique !

Répondre

Répondre à de profundis Annuler la réponse