Accueil Politique & Société Dispositif  renforcé  contre les violences conjugales

Dispositif  renforcé  contre les violences conjugales

par Camille Saint-Cricq

Christophe Castaner, AN 31 mars 2020

Alors que ces violences augmentent pendant le confinement, un numéro de SMS – le 114 – est ouvert ainsi que des dispositifs dans les lieux de sortie autorisés. Des hébergements pour mettre les victimes à l’abri devraient être ouverts

200.000 femmes seraient confinées avec un conjoint violent et deux féminicides auraient eu lieu depuis le début de la période de confinement. Les violences conjugales ont augmenté de plus de 30 % depuis le 17 mars indiquait le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, le 26 mars dernier. Il annonçait alors que, comme en Espagne, les pharmacies auraient un rôle à jouer pour alerter la police quand des femmes en détresse adopteraient un certain code. (Voir ici)

 Mardi 31 mars, au cours de la séance de questions au gouvernement le ministre de l’Intérieur a ajouté un nouveau canal de signalement accessible dès ce mercredi 1er avril pour les victimes de violences intrafamiliales :  la possibilité d’envoyer un texto d’alerte au 114 pour déclencher l’intervention de la police ou de la gendarmerie. Parce qu’il n’est pas évident d’appeler à l’aide par téléphone quand le bourreau est dans la pièce d’à côté.

Quelques jours avant, la secrétaire d’État à l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa annonçait dans Le Parisien du 28 mars que des points d’accompagnements éphémères seraient ouverts dans les centres commerciaux. Des lieux créés en partenariat avec les associations locales, les services de l’État et le gestionnaire d’hypermarchés Unibail-Rodamco-Westfield pour accueillir les victimes de violences conjugales dans des conditions garantissant à la fois la confidentialité et la sécurité sanitaire en respectant les mesures barrières. Les femmes pourraient ainsi appeler à l’aide en faisant leurs courses loin du conjoint violent.

Pour aider les associations d’aide aux victimes à poursuivre leur action, elle a également annoncé la mise à disposition d’un fonds d’un million d’euros. L’Etat s’est également engagé à financer 1 000 places supplémentaires en centres d’hébergement pour les victimes ayant fui leur foyer et 20 000 nuitées d’hôtel pour héberger les victimes mais aussi les conjoints violents qu’il faut évincer du domicile et libérer les femmes de leurs tortionnaires a précisé la ministre sur France5.

Marlène Schiappa a rappelé l’existence de la plateforme arrêtons les violences  qui propose écoute et conseils aux victimes, aux témoins ou encore aux professionnels. Elle assure que le numéro d’écoute 3919, fait l’objet d’un plan de continuité d’activité mais elle observe que les appels sont beaucoup moins fréquents du fait que les victimes sont confinées avec leur agresseur.

Rappel : en cas d’urgence, c’est le 17 qu’il faut appeler. Pour l’enfance en danger : le 119.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire