Accueil Médias Le « drame familial » camoufle encore les crimes

Le « drame familial » camoufle encore les crimes

par La rédaction

Pour la 105ème fois cette année en France, un homme a tué sa compagne. Et il se trouve encore des médias pour parler de « drame familial ».

Il ne viendrait heureusement pas à l’idée d’un rédacteur de qualifier les agressions sexuelles dont est accusé Harvey Weinstein de « problématiques professionnelles ». Pourtant, quand une femme est tuée par son mari ou son compagnon, les titres de presse réducteurs se répètent, encore et toujours : revoilà le « drame conjugal », le « crime passionnel ».

Vendredi 20 octobre, dans le Tarn-et-Garonne un homme a tué sa femme avant de se suicider. Il s’agirait du 105ème féminicide de l’année en France. Mais il se trouve toujours des médias pour minimiser les faits. Le quotidien local La Dépêche du Midi y voit un « drame familial ». Tout comme le site local de France 3, qui évoque en titre « un couple décédé lors d’un drame à huis clos ». Voilà le meurtrier et sa victime sur le même plan. Il faut attendre la fin de l’article pour lire des mots plus justes : ce dont il s’agit, c’est d’« un crime suivi d’un suicide ».

Cela fait des années que des militantes des droits des femmes plaident pour que les médias cessent d’utiliser ces expressions – comme « drame conjugal » ou « crime passionnel » – qui relativisent les faits et contribuent « à les banaliser ou à les excuser », ainsi que le rappelle Sophie Gourion, créatrice du Tumblr « Les mots tuent ».

« Comment les femmes qui lisent “amour” quand elles pensent “terrorisme” peuvent imaginer être prises au sérieux si elles portent plainte ? », interrogeait Natacha Henry dès 2011 dans nos colonnes, en dénonçant cette « immunité amoureuse » trop souvent véhiculée dans la presse.

Fin 2016, le collectif de femmes journalistes Prenons la Une soumettait aux rédactions des outils pour utiliser les mots justes afin de ne plus minimiser les violences faites aux femmes. France Télévisions, entre autres médias, s’engageait à suivre ces recommandations. Mais le message n’est visiblement pas encore passé dans toutes ses rédactions.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire