Accueil MédiasBruits et chuchotements La fabrique des modèles

La fabrique des modèles

par Isabelle Germain

Politique, médias, culture,… En cette rentrée agitée, les modèles manquent encore pour élargir l’horizon des filles.


 

Après les coups de menton inconséquents autour du burkini, les unes des journaux ont enchaîné directement avec la démission hautement théâtralisée du ministre de l’Economie Emmanuel Macron. Tour à tour jeune loup, homme qui prend la mer, traître, nouveau Pompidou, fin lettré, déloyal envers les uns mais loyal envers ses idées… tout a été dit sur le probable futur candidat à la présidentielle. Et dans tout ce qui a été dit, il y en a pour tous les goûts. L’homme peut servir de modèle – ou de contre-modèle – à beaucoup d’autres hommes.

Et les femmes, où trouvent-elles leurs inspiratrices ? Une ministre George Pau-Langevin, a démissionné le même jour que Macron, mais presque personne n’en a parlé. Elle avait  moins de poids dans le gouvernement et n’affiche pas d’ambition présidentielle.

C’est ainsi : la moindre visibilité des femmes entraine la moindre occupation des lieux de décision par les femmes et donc leur moindre visibilité. Le serpent se mord la queue.

Le public aime ce que les médias lui apprennent à aimer

La rentrée radio/télé n’échappe pas au phénomène, même si des progrès sont à noter. Les émissions politiques à forte audience sont pilotées par des hommes tandis que les femmes sont plutôt aux manettes d’émissions consacrées à l’intime ou à la vie pratique. Difficile d’en sortir tant les médias ont appris au public à aimer un monde ainsi construit. A force de faire des fooballeurs des héros des temps modernes par exemple, ils ont appris aux garçons à en redemander. Un journal qui ne parlerait pas du dernier bobo d’un joueur en vue perdrait de l’audience. Donc ils en rajoutent.

Résultat : de Macron au foot en passant par des scientifiques, les garçons ont pléthore de modèles. En revanche, les modèles proposés aux filles sont peu nombreux et restreignent leur horizon.

Le problème ne date pas d’hier. Les organisatrices des journées du Matrimoine veulent donner de la visibilité aux créatrices pour « leur donner la place qu’elles auraient dû avoir si l’Histoire ne s’était pas écrite au masculin, mais aussi permettre à des femmes de se projeter dans des carrières qui peuvent actuellement leur sembler réservées aux hommes ». Rendre visible ces créatrices et ne pas les stéréotyper. Parler de femmes comme Marie Curie. Mais ne pas les présenter comme d’austères personnages qu’elles ne sont pas. Ambitieux programme !

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire