Accueil International Les électrices britanniques boudent Cameron

Les électrices britanniques boudent Cameron

par Arnaud Bihel

La politique d’austérité, défavorable surtout aux femmes, menée par le gouvernement britannique pourrait avoir des conséquences électorales.


 

Au Royaume-Uni, les femmes se détournent massivement du parti conservateur au pouvoir. C’est ce que montre une étude de grande ampleur publiée lundi 16 septembre par Mumsnet, le principal site britannique dédié à la parentalité.

Selon cette étude, établie à partir de sondages politiques auprès de plusieurs milliers de Britanniques, seules 29% des femmes voteraient aujourd’hui pour le parti conservateur ; elles seraient 42% à choisir un candidat travailliste. Un écart considérable de 13 points, alors que chez les hommes l’avance de l’opposition travailliste n’atteint que 4 points. Lors des élections de 2010, les conservateurs menés par David Cameron comptaient 10 points d’avance chez les électeurs, et 5 points d’avance chez les électrices.

Cette situation de « vote genré », qu’on ne retrouve pas en France, mais qui se rencontre également aux Etats-Unis (voir encadré), est la conséquence des choix politiques du gouvernement, analyse Mumsnet.

Aux Etats-Unis, où les Républicains sont régulièrement accusés de mener une « guerre contre les femmes », les dernières élections en 2012 ont également mis en avant un large avantage du camp démocrate auprès des électrices. L’avance de Barack Obama, chez les femmes, a atteint une dizaine de points sur son concurrent Mitt Romney, selon les sondages ‘sortie des urnes’ – celui de CNN, ou cet autre relayé par le Center for American Women ans Politics. En France, en revanche, le « vote genré » est moins visible. Il apparaît avant tout générationnel.

Les restrictions budgétaires, dans le contexte de crise, orchestrées par David Cameron, ont été subies en premier lieu par les femmes (Voir : La rigueur britannique cible encore les femmes). Tandis que la place faite aux femmes dans la vie politique peine à progresser, voire régresse dans le gouvernement (Voir : Au Royaume-Uni, la parité patine). Et le parti travailliste ne manque pas d’utiliser cet argument.

La tendance peut encore évoluer, les prochaines élections législatives n’étant prévues qu’en 2015. Et le parti conservateur a commencé à prendre conscience de sa mauvaise image auprès des électrices, observe Mumsnet. Le Premier ministre a même engagé un conseiller spécial dont la tâche est de regagner le soutien des femmes.

L’étude évoque un autre « avertissement » : le soutien au parti d’extrême droite, Ukip, est majoritairement masculin (15% d’intentions de vote chez les hommes) mais il attire un nombre « significatif » d’électrices : 9%.

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire