Accueil Politique & SociétéÉducation En Australie aussi, campagne contre les jouets genrés

En Australie aussi, campagne contre les jouets genrés

par Arnaud Bihel

NoGenderDecemberLa campagne « No Gender December » s’adresse aux parents et aux parlementaires pour « mettre un terme au marketing genré pour les enfants ». Au Royaume-Uni, « Let Toys Be Toys » fait reculer la segmentation filles/garçons. En France, des sénateurs se penchent sur la question.


 

Pas de stéréotypes de genre sous le sapin de Noël ! C’est le message d’une campagne menée au cours du mois de décembre en Australie. L’association Play Unlimited, qui œuvre toute l’année contre le marketing genré des jouets, a lancé le site « No Gender December », et appelle les parents à signer cet engagement à l’approche de Noël :

« Les stéréotypes de genre freinent l’imagination et le développement des enfants, et perpétuent les inégalités. J’encourage la liberté de chaque enfant à choisir, à grandir et se développer, à être soi-même, sans l’influence néfaste des stéréotypes de genre ».

Le Premier ministre veut du rose et du bleu

La campagne s’adresse également aux parlementaires, pour qu’ils poussent l’industrie du jouet à « mettre un terme au marketing genré pour les enfants en Australie ». La pétition qui leur est adressée invoque la Convention internationale des droits de l’enfant.

Le parti des Verts australien soutient cette campagne. « Arrêtons avec cette absurdité du marketing pour filles et garçons », a commenté la sénatrice Larissa Waters. Mais le Premier ministre (conservateur) Tony Abbott s’est invité dans le débat pour tenter de l’évacuer : « Laissons les garçons être des garçons, et les filles des filles – cela a toujours été ma philosophie – et par-dessus tout, laissons les parents faire ce qu’ils pensent être le mieux pour leurs enfants », a-t-il déclaré dans un entretien télévisé en dénonçant le « politiquement correct » de cette campagne.

Au Royaume-Uni, le marketing genré recule

Au Royaume-Uni, la campagne de fond menée depuis quelques années par « Let Toys Be Toys » fait progressivement reculer le marketing genré. Selon la dernière enquête de l’association publiée le 30 novembre, quasiment la moitié des enseignes britanniques en ligne (24 sur 50) ne proposent plus de catégories spécifiques « garçons » et « filles ». Dans son enquête menée l’année précédente, elle remarquait la même tendance dans les magasins : des rayons jouets de moins en moins sexués.

En France, les supermarchés segmentent toujours leurs rayons jouets par sexe. Et les catalogues de Noël continuent de fournir des concentrés de stéréotypes, malgré quelques progrès chez les enseignes spécialisées (Voir : Dans les catalogues, Noël en rose et bleu ). Au nom de la délégation aux Droits des femmes du Sénat, Chantal Jouanno et Roland Courteau présenteront une semaine avant Noël, le 18 décembre, un rapport et des recommandations sur les « stéréotypes masculins et féminins dans les jeux et les jouets ».

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com