En Espagne, les mobilisations paient

Après le procès de « la meute » qui a provoqué de larges mobilisations contre une « justice patriarcale », le gouvernement espagnol a annoncé une réforme du code pénal et des cours pour les juges.

« Ce n’est pas un abus sexuel, c’est un viol ! » Depuis le verdict du tribunal de Pampelune dans l’affaire dite de « la Meute » jeudi 26 avril, les manifestations se sont multipliées en Espagne. Cinq hommes surnommés « la meute » (La Manada), ont été condamnés à neuf ans de prison pour « abus sexuel » et « abus de faiblesse» sur une jeune fille, en juillet 2016 pendant les fêtes de Pampelune. Les juges n’ont pas retenu la qualification de «viol». La scène avait pourtant été…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d’exister.

Pour accéder au contenu vous devez soit vous connecter soit vous abonner

css.php