En Espagne, on ne rigole pas avec le crucifix

par La rédaction

L’artiste espagnol Javier Krahe est poursuivi par une association catholique pour un film de 1978 moquant le Christ. « Si je suis condamné, je m’exilerai en France », annonce-t-il.


Le blasphème a beau ne plus faire partie du vocabulaire de l’ONU, il reste dangereux de se moquer des religions. Et pas seulement de l’Islam. Après l’exemple des féministes punk de Pussy Riot en Russie, c’est en Espagne qu’un artiste se voit poursuivi en justice pour avoir moqué la religion chrétienne.

Le chanteur espagnol Javier Krahe était jugé lundi 28 mai à Madrid pour « offense aux sentiments religieux », une première dans le pays. En cause : un court métrage potache réalisé en 1978 et intitulé « Comment cuisiner un crucifix ». Le film prodigue des conseils pour retirer le Christ de son crucifix, le rincer, l’assaisonner avant de le mettre au four… et attendre 3 jours, au bout desquels il sortira tout seul.

C’est la première diffusion télévisée de ce petit film, en 2004, qui lui vaut aujourd’hui ce procès, au côté du directeur de la chaîne Canal Plus espagnole. Le Centro Juridico Tomas Moro, association catholique qui a initié les poursuites, se réjouit : c’est la première fois que l’article 521-1 du Code pénal, qui réprime l’« offense aux sentiments religieux », est appliqué en Espagne. L’association indique avoir initié deux autres procédures similaires.

Javier Krahe risque une amende de 144 000 euros.« Si je suis condamné, je m’exilerai en France », a-t-il annoncé à l’issue de l’audience. L’un de ses amis disait pour sa part espérer que, plutôt qu’une amende, il serait condamné à trois « Ave Maria ».

Partager cet article

2 commentaires

Paul 29 mai 2012 - 21:48

En France, c’est pareil : pas le droit de se moquer des minorités, comme les gays.

Répondre
Lili 30 mai 2012 - 14:11

@Paul : euh, si, les caricatures ne manquent pas… et puis en Espagne l’Eglise n’est pas (encore) une minorité.

J’aime bien ce journal mais parfois j’ai l’impression que taper sur l’Eglise catholique en allant chercher des trucs dont personne n’a entendu parler nulle part est un plaisir gratuit pour certains journalistes.
L’Eglise catholique a suffisamment de problèmes graves dont on parle et dont on peut parler intelligemment (la place des femmes en son sein entre autres…) pour que vous ne vous acharniez pas à ce point contre elle avec ce genre de trucs qui attire sans doute facilement un certain lectorat. Je ne sombrerai pas dans les comparaisons mais quand vous en ferez autant sur les autres religions j’aurai moins le sentiment que vous tapez toujours sur le même bouc émissaire facile.
Faites un article sur les féministes catholiques de France un jour, ça nous changera. Mais bon vous serez obligé de dire qu’il y a des trucs bien aussi dans ce vaste club, et je sens que vous avez du mal.

Répondre

Laisser un commentaire