Accueil Sans catégorie Entouré d’hommes, Trump restreint déjà l’accès aux droits reproductifs

Entouré d’hommes, Trump restreint déjà l’accès aux droits reproductifs

par Arnaud Bihel

Une image et un acte qui en disent long. Donald Trump coupe les financements aux ONG à l’international qui fournissent des informations sur l’IVG. Dans les faits, c’est l’accès à la contraception dans les pays les plus pauvres qui en pâtira.


C’est l’un des premiers actes du nouveau président des États-Unis, et une image abondamment commentée. Lundi 23 janvier, Donald Trump a signé un décret réinstaurant la « Global Gag Rule ». Désormais, les États-Unis ne financeront plus la moindre organisation qui favorise, de près ou de loin, l’accès à l’avortement.

Sur la forme, l’image est frappante. C’est uniquement en compagnie d’hommes que Donald Trump a entériné cette décision concernant les droits des femmes.

« Ce groupe vient de rendre plus difficile pour les femmes l’accès aux soins de santé dans le monde. Dites-moi ce qui cloche dans cette image », commentait la sénatrice démocrate de Californie Kamala Harris.

« De votre vivant, vous ne verrez jamais la photo de 7 femmes signant une législation sur ce que les hommes peuvent faire de leurs organes reproducteurs », grinçait le journaliste britannique Martin Belam.

https://twitter.com/MartinBelam/status/823637000783798272

 

Sur le fond, cette décision n’a rien d’étonnant. La Global Gag Rule a été instaurée par Ronald Reagan en 1984 et entérinée par tous les présidents républicains depuis lors. Barack Obama l’avait abolie dès le début de son premier mandat il y a 8 ans, Donald Trump la réinstaure. Cette mesure vient en complément d’une loi fédérale déjà existante, l’amendement Helms, qui interdit le financement de toute ONG permettant la pratique de l’IVG. La Global Gag Rule va plus loin en s’appliquant aux ONG qui se contentent de fournir des informations sur l’IVG.

Tout organisme qui conseille les femmes sur leurs droits reproductifs est donc potentiellement concerné, ce qui risque de réduire l’accès à la contraception et à l’information sur le planning familial dans les pays où travaillent ces ONG.

« L’idéologie au détriment des femmes »

Cette décision a suscité une levée de boucliers. La Fondation des Nations Unies, qui fait le lien entre l’ONU et la société civile, l’a condamnée par la voix de sa présidente Cathy Calvin : le Global Gag Rule « met en danger la santé et le bien-être des femmes les plus vulnérables dans le monde ».

« En réinstaurant le Global Gag Rule, le président Trump ignore des décennies de recherches, préférant privilégier l’idéologie au détriment des femmes et des familles », a commenté la sénatrice démocrate du New Hampshire Jeanne Shaheen . « Nous savons que quand les services de planning familial et les contraceptifs sont faciles d’accès, il y a moins de grossesse non désirées, de morts maternelles, et d’avortements. » Jeanne Shaheen doit déposer, dès mardi 24 janvier, une proposition de loi pour que la décision ne puisse plus être prise par décret présidentiel, mais par le législateur.

En 2016, grâce aux engagements internationaux, l’accès aux méthodes de planning familial pour l’ensemble des 300 millions de femmes et de filles, dans 69 des pays les plus pauvres du monde, a permis d’éviter 82 millions de grossesses non désirées, 25 millions d’avortements à risque et 124 000 morts maternelles.

Voir : Dans le monde, l’accès à la contraception avance à petits pas

 

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

5 commentaires

5 commentaires

09 Aziza 24 janvier 2017 - 15:34

C’est la schizophrénie de la droite conservatrice partout dans le monde: restreindre l’accès à la contraception et à la planification, pour ensuite blâmer l’avortement….qui ne peut manquer de survenir faute d’information valable et facile.
Et si les femmes américaines faisaient une grève des relations sexuelles avec pénétration? On peut toujours rêver, certaines africaines se sont servies de cette arme….

Répondre
flo 24 janvier 2017 - 16:36

@09Aziza je suis totalement opposée à ce type de « grève » qui valide -à mon sens- le préjugé consistant à penser que les hommes ont beaucoup plus de désirs (besoins ?) sexuels que les femmes… Priver les hommes de sexe, ou le leur accorder, n’est ce pas se positionner en objet/récompense, et les traiter eux en petits enfants méritant ou pas le cadeau de notre corps ? Le désir féminin a trop longtemps été nié pour qu’il devienne l’enjeu d’une négociation, même au sein d’un couple ! Mais je suis d’accord avec vous, l’heure est très grave…

Répondre
Nicolas 24 janvier 2017 - 23:20

Je ne comprends pas bien : cette mesure interdit de financer les associations pro avortement, elle ne s’attaque pas à la contraception. Assimiler les 2 est de la malhonnêteté intellectuelle, tout comme reprocher à une mesure ce qu’elle ne fait pas.

Répondre
CHS 25 janvier 2017 - 06:16

Dans ce que vous appelez  » les associations pro avortement « , sont probablement concernées des structures informant sur la contraception, voire la fournissant.

Répondre
joepasc 21 mars 2017 - 10:57

..et qui ne comprend pas les implications de la mesure visant in fine à empêcher l’avortement, c’est un certain Nicolas…
étonnant non !

Répondre

Répondre à Nicolas Annuler la réponse