Accueil Médias Face à Le Pen, Lapix scotche les médias

Face à Le Pen, Lapix scotche les médias

par Isabelle Germain

La journaliste de Dimanche +, Anne-Sophie Lapix, a poussé Marine Le Pen dans ses retranchements.  Les hourras des confrères traduisent le malaise de journalistes condamnés à faire du spectacle plus que de l’info.


lapix_le_pen

Anne-Sophie Lapix a très bien fait son travail de journaliste. Interviewant Marine Le Pen dans l’émission Dimanche+ sur Canal, elle connaissait son dossier sur le bout des doigts et a poussé la candidate du Front national dans ses retranchements. L’interrogeant sur son programme économique, la journaliste avait fait et refait tous les calculs, la présidente du FN non. Marine Le Pen a eu beau essayer de fuir les questions pour aller sur d’autres terrains plus polémiques, démagogiques ou personnels, Anne-Sophie Lapix n’a pas changé de sujet  tant que la candidate à l’élection présidentielle n’avait pas donné les réponses que les électeurs sont en droit d’attendre sur son programme. Et les réponses sont apparues : incohérentes.  

Infotainement

Concert de louanges mérité pour Anne-Sophie Lapix…. Mais sur un mode polémique le plus souvent. Il est question de « clash »,  de « leçon d’économie » ou « leçon de calcul » infligées à la patronne du FN ou même, chez Morandini, de « fessée ».
Il s’agissait plutôt d’une leçon de journalisme et donc de démocratie. Les réactions de la planète médias à cette interview très bien menée mettent en évidence l’évolution du journalisme vers l’« infotainement». Information  mais aussi « entertainment » , divertissement. Les dirigeants de médias se prennent la tête entre les mains sur « le cas Le Pen » depuis des années tout en jouant « le clash » parce que ça fait de l’audience. Ils font venir les « bons clients », ceux qui entrent en interview ou en débat politique comme on entre sur un ring, prêts à porter les coups à leur adversaire, et qu’importe si les idées défendues ne tiennent pas la route.…

Le journalisme est devenu un luxe

Le match qui divertit, la polémique, le clash au détriment de l’info. Les journalistes sont devenus des animateurs qui font de l’audience à peu de frais. En 2004, Patrick Le Lay, dirigeant de TF1 expliquait que son métier était de vendre à Coca-cola du « temps de cerveau humain disponible »*. Pour vivre, la presse doit faire de l’audience pour pas cher. Faire du journalisme est devenu un luxe. Dans une interview au Plus, Anne-Sophie Lapix explique que, si elle a pu revenir aux fondamentaux du journalisme, c’est parce qu’elle a le « luxe » de pouvoir préparer son travail. Elle n’a que son émission du dimanche et ne fait pas le show sur plusieurs chaînes, contrairement à certains confrères polémistes, cumulards de l’info qui finissent par devenir des « produits d’appel ». Son luxe ? Tout lire, tout comprendre, analyser, confronter, préparer ses sujets pour, le jour J, poser les bonnes questions et ne pas laisser un candidat à la présidentielle manipuler des chiffres devant des millions de citoyens. Pousser dans leurs retranchements les petits candidats autant que les grands en prenant le risque de voir les grands préférer une chaîne concurrente… C’est devenu un luxe que peu de journalistes peuvent se permettre et c’est bien ça le problème.

* « Les Dirigeants français et le changement » par la société de conseil EIM

 

14 commentaires

jeanne 17 janvier 2012 - 13:53

marine n a abolument pas pu developper son programme tellement la rage de cette journaleux etait dementielle ,malgre tout elle a pu quand meme la jeter dans les corde et là lapix n arrivait plus a soutenir le regard de marine 😀 :-* 😆 🙂

Répondre
Marie 17 janvier 2012 - 15:03

La journaliste lancé les questions les une après les autres sans que Marine Le pen ai le temps de lui répondre, moi je n’appelle pas ça du bon journalisme ! 😛

Répondre
alex 17 janvier 2012 - 15:37

@Marie en même temps, MLP répondait à côté des questions. Elle a reconnu ne pas avoir calculé la faisabilité de son programme électoral.

Répondre
hic 17 janvier 2012 - 21:17

En effet, Lapix a fait du journalisme, et bien. Vu le peu de journalistes de télé qui en font, on est tous ébahis devant ce qui devrait être normal. Mais j’ai aussi cette impression que ce n’est que avec les Lepen que les journalistes se sentent obligés de faire leur travail; alors que cela peut tout à fait être appliqué à d’autres candidats. A quand une interview correcte de Hollande, par exemple?

Répondre
Berenice 17 janvier 2012 - 21:29

« hic »
En effet, Lapix a fait du journalisme, et bien. Vu le peu de journalistes de télé qui en font, on est tous ébahis devant ce qui devrait être normal. Mais j’ai aussi cette impression que ce n’est que avec les Lepen que les journalistes se sentent obligés de faire leur travail; alors que cela peut tout à fait être appliqué à d’autres candidats. A quand une interview correcte de Hollande, par exemple?

Alors voilà, tout à fait d’accord. Loin de moi l’idée de déplorer que Madame Le Pen se soit fait secouer par cette journaliste, et que les incohérences de son programme et de son discours soient apparus au grand jour… J’en suis ravie. Mais je déplore que ce traitement journalistique ne soit réservé qu’aux parias de la sphère politique. A quand une interview en jeu de massacre de Mr Sarkozy, à quand la confrontation de ce dernier à tous ses mensonges, ses promesses non tenues etc? Quand, quand, quand? Ce genre de traitement, c’est bon pour Mme Le Pen car elle a finalement un poids politique faible et peu de pouvoir réel. Mais on ne verra jamais cela pour l’UMP ou le PS (qui aurait pourtant aussi besoin d’être mis le nez dans son c*c*). Par contre on continuera de lyncher Poutou ou Le Pen sur les plateaux télés… Selon que vous serez puissant ou misérable, les journalistes vous intervieweront différemment…

Répondre
de profundis 18 janvier 2012 - 10:40

si le journalisme est devenu un luxe, ça doit vouloir dire que la démocratie va très très mal… Et ce sont les journalistes qui le disent… Pas très doués pour défendre leur métier non ? D’autres professions sont plus acharnées

Répondre
MoaTao 18 janvier 2012 - 11:02

« jeanne »
marine n a abolument pas pu developper son programme tellement la rage de cette journaleux etait dementielle ,malgre tout elle a pu quand meme la jeter dans les corde et là lapix n arrivait plus a soutenir le regard de marine 😀 :-* 😆 🙂

Non, Lepen fait comme tous les politiques qu’elle dénonce hypocritement, elle essaie de ne pas répondre aux questions. Lapix fait le job en la poussant à répondre.

Répondre
emilie 18 janvier 2012 - 18:14

Anne sophie lapix, ne la laissait même pas répondre…elle lui assénait les questions sans que Mme Le pen puisse répondre… n’importe qui n’aurait pu répondre de cette façon…mais c’est vrai que les autres quelqu’ils soient sont plus chouchoutés..La journaliste avait un role évident celui de vouloir déstabiliser…marine Le Pen s’en est bien sorti malgré cette tentative de massacre ..et on se croit en démocratie !!! ah là là

Répondre
claire P 19 janvier 2012 - 07:26

courez donc voir le film  » les nouveaux chiens de garde », vous y verrez de nouvelles clés de lecture de ce qui se passe dans le monde du journalisme, édifiant! 🙂

Répondre
Louis 19 janvier 2012 - 13:21

Si « ca » c’est une journaliste, alors tout le monde peut faire du journalisme…

Répondre
Olivier Mukuna 19 janvier 2012 - 13:26

Félicitations pour cet article, Isabelle Germain ! De très loin le plus pertinent que j’ai pu lire sur cet étonnant sursaut du journalisme télévisuel français que l’on doit à Anne-Sophie Lapix.

Pour autant, si notre consoeur bénéficie d’un réel et rare confort de travail, encore n’est-elle pas contrainte de pousser la rigueur jusqu’à briller professionnellement. Et obtenir ainsi des résultats rappelant aux « distraits » à quoi doit principalement servir le journalisme … Ce choix lui appartient. Il relève de la personnalité comme du caractère d’Anne-Sophie Lapix. Autrement dit, il y a le contexte structurel, ultralibéral et défavorable à la vitalité de notre profession et il y a la façon comme la responsabilité individuelle et collective d’y résister.

Je souhaite que l’attitude pro de Lapix puisse réveiller d’autres journalistes pour la défense (urgente) des fondamentaux du métier. Bien sûr, comme la poursuite du bonheur, c’est utopique. Et lorsque je lis qu’un des blogs de Mediapart titre : « Anne-Sophie, on vous attend au tournant » (soit sera-elle aussi pro et tenace avec Hollande, Sarkozy et cie ?), je souris.

Car la question n’est évidemment pas là (et trouvera assez tôt réponse) mais plutôt ici : comment se fait-il qu’avant Lapix, aucun intervieweur/weuse télévisuel de Le Pen n’ai eu l’idée, le temps et la pugnacité de « cuisiner » la présidente du FN sur son programme socio-économique ; charpente pourtant centrale de tout leader politique prétendant aux plus hautes fonctions ?

En réalité, l’exercice du journalisme audiovisuel indépendant et de qualité est aussi rare qu’il est confiné aux chaînes privées et au net. Ensuite, à quelques exceptions lapixiennes près, on ne gagne pas décemment sa vie en le pratiquant. Comme d’autres professions, le vrai journalisme est devenu un métier de pauvres tentant de conserver des restes de dignité.

Olivier Mukuna
Journaliste (malgré tout !)

Répondre
isabelle germain 19 janvier 2012 - 14:38

Merci @Olivier Mukuna
IG, journaliste (malgré, envers et contre tout)

Répondre
Ann 22 janvier 2012 - 09:52

Le matraquage est une méthode efficace. Certes l’effet est plus facile quand la cible doit être détestée.
Quand le FN insulte tout le monde se déchaine et il y a en général matière à. Récemment dans un meeting la gauche extrême a traité M Lepen de « semi démente » allant même jusqu’à l’interpeler en la tutoyant . Je n-‘ai pas lu d’indignation sur ce manquement

Répondre
CHONLENME 20 mai 2013 - 16:07

« Ann »
Le matraquage est une méthode efficace. Certes l’effet est plus facile quand la cible doit être détestée.
Quand le FN insulte tout le monde se déchaine et il y a en général matière à. Récemment dans un meeting la gauche extrême a traité M Lepen de « semi démente » allant même jusqu’à l’interpeler en la tutoyant . Je n-‘ai pas lu d’indignation sur ce manquement

Je suis d’accord elle n’est pas semi déménte elle est démente tout court

Répondre

Laisser un commentaire