Accueil Société Fantasmes sur l’interdiction du porno

Fantasmes sur l’interdiction du porno

par La rédaction

Des membres du Parti pirate s’alarment : le Parlement européen voudrait interdire la pornographie sur internet. C’est faire grand cas d’une résolution sur l’« Élimination des stéréotypes liés au sexe ».


Tempête sur le net : le Parlement européen s’apprêterait à bannir la pornographie ! C’est le député européen Christian Engström, élu suédois du Parti pirate, qui s’en inquiétait le 6 mars. La semaine prochaine, le Parlement européen sera appelé à voter une résolution sur l’« Élimination des stéréotypes liés au sexe ».

Plusieurs sites ont rebondi sur l’appel angoissé (ici en anglais) de Christian Engström. Ou sur celui plus grandiloquent (également en anglais) du fondateur du Parti pirate, Rick Falkvinge, qui y voit une « attaque effroyable » contre la liberté d’expression.

En France, Numerama écrit ainsi que le texte « a pour principal objet de lutter contre les discriminations entre hommes et femmes véhiculées dans la société » mais il « s’attaque aussi à la pornographie, avec la volonté de l’interdire. Y compris sur Internet. » Des députés européens ont été submergés de courriels outrés par des défenseurs de l’internet libre et du porno.

Du calme, messieurs. On en est bien loin. D’une part, il ne s’agit là que d’une résolution. Un texte sans valeur législative, qui a pour rôle d’interpeller la Commission européenne et les États membres. Sa rédactrice, la néerlandaise Kartika Tamara Liotard, y liste une série de domaines d’action – dans l’éducation, les médias et la publicité, le marché du travail et la prise de décision économique et politique – pour lutter contre les « stéréotypes liés au genre dans l’Union européenne, qui limitent les possibilités et les perspectives des hommes, mais plus encore des femmes » –

Ensuite, y voir un appel à interdire la pornographie sur internet relève du fantasme. Ce qui inquiète le député du Parti pirate, ce sont deux points sur les 69 que compte la proposition de résolution :

Le point 14 « souligne qu’une politique d’élimination des stéréotypes dans les médias passe nécessairement par une action sur le terrain numérique; considère à cette fin qu’il est nécessaire de lancer des actions coordonnées au niveau européen en vue de développer une véritable culture de l’égalité sur l’internet ; invite la Commission à élaborer, en partenariat avec les parties prenantes concernées, une charte à laquelle tous les opérateurs de l’internet seraient invités à adhérer ».

Une charte pour une culture de l’égalité. Ce n’est pas tout à fait l’interdiction du porno.

Le point 17, quant à lui, « invite l’Union européenne et ses États membres à prendre des mesures concrètes à la suite de la résolution du Parlement européen du 16 septembre 1997 sur la discrimination de la femme dans la publicité, qui réclamait l’interdiction de toutes les formes de pornographie dans les médias, ainsi que de la promotion du tourisme sexuel ».

Ah. Il est fait ici explicitement référence à l’interdiction de la pornographie. Mais dans le cadre de la publicité, et avant l’heure d’internet. Difficile d’y voir, 16 ans après, un signal caché appelant à bannir les sites pornos. A ce jour seule l’Islande, qui n’est pas membre de l’Union européenne s’interroge officiellement sur le sujet.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

6 commentaires

Berenice 8 mars 2013 - 16:59

Salut, perso, je suis pour l’interdiction de la pornographie, la plupart du temps il s’agit d’actes de torture filmés. Sinon, votre site a été signalé par google comme malveillant. Peut-être que le sujet de cet article vous a attiré des inimitiés. Bref, je pense que c’est utile à savoir, si vous , n’êtes pas déjà au courant…

Répondre
vincimoz 9 mars 2013 - 08:29

oui merci le site est dit malveillant parce que nous avons subi plus de 5 attaques… que nous avons contrées pourtant

Répondre
Martin Scriblerus 9 mars 2013 - 11:53

Je ne suis pas un inconditionnel des Nouvelles news, loin de là.
Mais les attaques dont elles sont l’objet ici sont minables.

Et la « défense de la liberté » d’expression de libertariens niant le sexisme et le rôle qu’y joue la pornographie, qui ont la complaisance de se prendre pour de valeureux libertaires, ça commence à bien faire. Ils sont les seuls à y croire, et à se chanter leur petite berceuse pour autosatisfaits.

Répondre
Eric 9 mars 2013 - 17:21

Cette news m’inspire deux remarque

1) Qu’une majorité de féministes rêvent de faire interdire la pornographie me paraît évident. Le com de Berenice ou l’exemple de l’Islande sont là pour le rappeler.

2)Indépendamment de la question du porno, le simple fait de vouloir « éliminer les stéréotypes » me paraît constituer une atteinte insupportable à la liberté d’expression. Si l’expression est conditionnée à un projet de société prédéfini, elle n’est plus libre. Véhiculer des « stéréotypes » est un droit de l’homme. Tout comme on a le droit de véhiculer l’idée que Dieu existe.

Répondre
Meg 10 mars 2013 - 10:14

Je comprend pas ton problème Éric, personne ne t’empêche ici de dire et penser de la merde. Que je sache tu n’es pas censurer ici. Ceux qui censure ici sont les hacker des nouvelles news, probablement des proxénètes qui se sentent menacés dans leur buizness ou des machos qui sont traumatisé par la liberté des autres.
Je croi que les nouvelles news devraient porter pleinte contre X car la loi condame le hacking. Tu peut hurler à la censure. J’attend tes cris d’orfraie avec délectation.

Répondre
Raphaël Zacharie de 13 mars 2013 - 13:03

L’ordure remplit la Toile à vitesse quasi exponentielle.

Les pornocrates de tous poils se sont précipités dans le filon informatique pour s’enrichir en répandant leur fange. Il y a de tout parmi cette pègre : cela va des crapules les plus subtiles qui pour leur défense brandissent la caution esthétique jusqu’aux plus puantes agissant par pure vénalité en passant par les pires détraqués en liberté ayant perdu toute foi (mais quand même sans violer la loi des hommes, pour mieux durer…).

Comble de l’iniquité : la loi les protège.

A partir du moment où ces êtres malfaisants souillant le NET -donc les esprits faibles- de leurs oeuvres mercantiles à caractère pornographique ne font rien qui soit hors la loi, cette dernière les tolère. Pire : en certains cas elle les aide.

D’ailleurs on peut se demander si le terme « pornographique » est encore valable en ce qui concerne certains excès… Ne faudrait-il pas plutôt parler d’immondices mentales ? « Pornographie » a encore une connotation trop culturelle pour qualifier ces aberrations croisées sur la Toile, voire imposées à l’internaute imprudent qui ne demande rien.

Répondre

Laisser un commentaire