Accueil Sport La Fédération coupe les ailes à son équipe de rugby à XIII

La Fédération coupe les ailes à son équipe de rugby à XIII

par Isabelle Germain

La fédération française de Rugby à XIII ne veut pas financer les déplacements des joueuses pour la Coupe du Monde en Angleterre en juillet prochain. Les responsables politiques sont interpellés.


 

Selon le site d’information toulousain Carré d’info, l’avenir de l’équipe de France féminine de rugby à XIII est sérieusement compromis. La fédération ne veut pas prendre en charge les frais de déplacement des joueuses sélectionnées en équipe de France pour aller disputer au mois de juillet, en Angleterre, la coupe du Monde. Elle veut bien mettre à disposition une petite enveloppe mais le gros des frais reposera sur les épaules des joueuses qui, pour certaines, n’ont pas les moyens de s’offrir le voyage. Le coût global serait de 750 euros par joueuse. Au moins six joueuses du club Toulouse Ovalie XIII sélectionnées en février dernier pourraient devoir renoncer.

La fédération assure pour les hommes

La fédération n’est pourtant pas indigente puisqu’elle assure les déplacements de l’équipe masculine. Et les rugbymen du XIII masculin sont, pour la plupart, professionnels. Mais l’équipe féminine n’a manifestement pas la cote avec les dirigeants de la fédération. Sur le site, les informations concernant le XIII féminin ne sont pas à jour et pas très focalisées sur les succès.

Précédent japonais et australien

L’été dernier, c’est le traitement inégal de l’équipe de basket féminine d’Australie et des footballeuses du Japon aux Jeux olympiques qui avait fait scandale dans leurs pays respectifs. Ces deux équipes féminines avaient rejoint Londres en classe économique tandis que les équipes masculines, au palmarès pourtant bien moins fourni, voyageaient en classe affaire (Voir : Vols sous-classés pour les sportives : épilogue).

Lettre aux responsables politiques

Les joueuses sont invitées à vendre des billets de tombola pour se payer le voyage… Ce n’est pas la première fois que l’équipe féminine se heurte à ce mur de l’argent. Du coup des associations amies et le club toulousain ont adressé un courrier (repris par Carré d’info) à des responsables politiques locaux et nationaux qui alimentent ces fédérations en subventions, allant du maire de Toulouse à la ministre des Sports. Cette lettre explique bien que la spirale du désinvestissement des filles dans le sport de haut niveau est enclenchée par le défaut de financements publics…

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Le sport féminin à la télévision : 7% du temps d’antenne sportive

Mets tes baskets et montre tes seins

Le foot féminin, « ça vaut que dalle ! »

Les footballeuses priées de se faire les ongles

Pas de jupette en vue pour les handballeuses

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

hic 6 avril 2013 - 20:12

Peut-on écrire à quelqu’un-e? Existe-t-il une pétition?

Répondre
Josh 7 avril 2013 - 20:24

Pour information, le XIII Féminin n’est pas reconnu comme sport de haut niveau donc pas d’aide de l’État aussi important que chez les hommes.

La Coupe du Monde masculine se fait car ils ont le statut de haut niveau et les aides qui vont avec.

La fédération de XIII n’est pas celle du XV avec tous ses sponsors.

La Commission Nationale des Féminines et ses clubs avaient le choix, essayer de trouver un moyen d’envoyer les filles à la Coupe du Monde parce que ça leur tiens à cœur ou ne pas y aller (ça aurait évité toute cette pub …). Ils ont choisi la première solution, sauf que les joueuses n’ont pas l’air d’accord et que certaines personnes colportent des choses sans savoir …

Faudrait plutôt s’en prendre aux fédérations qui ne tente rien pour les filles plutôt qu’à celle qui cherche des solutions …

Répondre
De profundis 8 avril 2013 - 10:35

Quand vous dites « les joueuses n’ont pas l’air d’accord » … pour organiser une tombola en plus des entraînements qu’elles font… en plus de leur travail puisqu’elles ne sont pas salariées… c’est vrai, elles exagèrent !

Répondre

Laisser un commentaire