Accueil Politique Une femme au perchoir, l’Assemblée s’enflamme

Une femme au perchoir, l’Assemblée s’enflamme

par La rédaction

Les députés socialistes dénoncent les « machos » de l’UMP après les attaques contre Laurence Dumont, qui présidait exceptionnellement la séance.


Mercredi 6 février, pendant la phase nocturne du débat sur le mariage pour tous, des députés UMP s’en sont pris à la députée Laurence Dumont, l’une des vice-présidentes de l’Assemblée, qui remplaçait exceptionnellement Claude Bartolone au perchoir. « Ce soir là, encore plus que les précédents, le débat s’effondre totalement, on tourne en rond, et l’UMP cherche tout et n’importe quoi pour créer un incident de séance », relève la journaliste du Monde Hélène Bekmezian.

L’AFP raconte ainsi la scène : « Les députés UMP se sont levés pour protester quand Mme Dumont a coupé la parole à leur chef de file, Christian Jacob, et a fait procéder à un vote, précédemment annoncé, sur un des innombrables amendements de l’opposition. « Bartolone !, Bartolone ! », ont-ils alors crié pour réclamer le retour du président, dont la conduite du débat, depuis dix jours, fait l’unanimité à gauche et à droite. » Invectives divers, puis : « Assis ! Assis ! », ont alors crié les députés socialistes, pendant que prudemment les huissiers de l’Assemblée se levaient autour de la tribune présidentielle pour prévenir tout éventuel contact physique entre les députés. »

La suite, avec un Christian Jacob très agressif face à la présidente de séance, est visible sur FranceTVInfo.

Puis, poursuit l’AFP, « les affrontements verbaux ont continué dans l’hémicycle pendant la suspension de séance. « Machos ! Machos ! » ont crié les députés socialistes, laissant entendre que le comportement de la droite à l’égard de Mme Dumont était dû au fait qu’elle est une femme », poursuit l’AFP.

Une accusation de sexisme relayée sur Twitter par plusieurs député-e-s socialistes.

« Si les députés UMP prennent des gants pour ne pas déraper dans l’homophobie totale, ils n’ont aucun problème avec la misogynie », lançait ainsi Corinne Narassiguin.

« L’UMP canal « machos » à court d’arguments crée incidents sur incidents et évite les débats de fond », écrivait Régis Juanico.

« J’ignorais que lors du dernier congrès de l’UMP, c’est la tendance macho qui avait gagné », tweetait de son côté Sergio Coronado avant de dénoncer devant la presse un « déchaînement de violence sexiste ».

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

NaziFachoHomophobe 7 février 2013 - 12:34

Les bobos bien pensant n’ont pas de limite. Cet article est ridicule.

Répondre
arnaudbihel 7 février 2013 - 13:50

« NaziFachoHomophobe »
Les bobos bien pensant n’ont pas de limite. Cet article est ridicule.

Abonnez-vous ! Vous allez adorer nous détester.

Répondre
imeon 10 février 2013 - 09:38

…si votre pseudo est a prendre au premier degré pour avoir une idée de vos idées et de votre mentalité, au vu de votre commentaire précédent, pourquoi ne pas avoir rajouter sexiste à la fin de vos qualités ?

Cet article pointe (encore une fois) le doigt sur une réalité encore trop niée de notre pays, une femme n’est pas respectée comme serai respecté un homme. En prenant ce fait en compte, l’article des nouvelles news est tout sauf ridicule.

Répondre
anniebatlle 11 février 2013 - 14:16

L’âge aidant,leur influence diminuant,le politiquement correct faisant son effet, et ilpenche du bon côté de plus en plus, leur combat d’arrière garde n’étant mené haut et fort que lorsqu’ils se sentent entre pairs souvent cacochymes (prenez en un seul au milieu d’un groupe de femmes, chiche, il sera tout doux). Leur influence s’effrite (c’est pour ça qu’ils résistent avec l’énergie du désespoir et leurs plaisanteries à deux balles), ils disparaitront dans le silence…

Répondre

Laisser un commentaire