Accueil Sport « Les femmes en cuisine » : deux footballeurs tchèques paient leur sexisme

« Les femmes en cuisine » : deux footballeurs tchèques paient leur sexisme

par La rédaction
sparta

spartaAprès l’erreur d’une arbitre, deux joueurs du Sparta Prague ont estimé que sa place était en cuisine. Réaction du club : ils s’entraîneront avec l’équipe féminine.


 

Sexisme dans le football, suite. Cette fois, ce sont deux joueurs de l’équipe professionnelle tchèque du Sparta Prague qui se sont fait remarquer, dimanche 2 octobre. La raison de leur éruption sexiste : un hors-jeu non signalé par une arbitre de touche, Lucie Ratajova, qui a conduit à l’égalisation du club adverse dans les dernières secondes.

« Les femmes devraient être à la cuisine, et non arbitrer un match d’hommes », lançait le gardien Tomáš Koubek à l’issue du match. Tandis que le milieu de terrain Lukáš Vácha, joueur de l’équipe nationale tchèque, postait sur Twitter une photo de Lucie Ratajova avec cette légende : « Aux fourneaux ».

Des propos jugés « inacceptables » dès le lendemain par la direction du club. « Même sous le coup de l’émotion, il y a des limites à ne pas dépasser », commentait dans un communiqué le président du Sparta, annonçant qu’en guise de sanction les deux joueurs devront jouer les ambassadeurs de l’équipe féminine du club en Ligue des champions. Ils devront par ailleurs effectuer plusieurs séances d’entraînement avec l’équipe féminine, « afin de se rendre compte que les femmes peuvent être douées ailleurs qu’en cuisine ».

Tomáš Koubek et Lukáš Vácha ont, pour leur part, publié des excuses sur leurs pages Facebook respectives. Le second cherche tout de même à minimiser son commentaire, en précisant qu’il « était destiné à une erreur spécifique qui a influencé le résultat du jeu, et pas à toutes les femmes ».

Les faire s’entraîner avec des femmes, est-ce la sanction adéquate ? Un précédent laisse dubitatif. Fin 2015, pour avoir tenu des propos sexistes de même acabit, un joueur du club allemand de Düsseldorf avait été « condamné » par son club à arbitrer un match de filles… et avait jugé bon de le faire portant un chic costume de ville.

Voir : Footballeur sexiste en Allemagne : opération rédemption ratée

Peu avant, en France, un entraîneur de Ligue 2 avait critiqué une arbitre avec ce commentaire : « Une femme qui vient arbitrer dans un sport d’hommes, c’est compliqué ».

Et on se souvient de ces propos de Bernard Lacombe, un des dirigeants de l’Olympique lyonnais, en 2013 : « Je ne discute pas de football avec des femmes (…) Qu’elles retournent à leurs casseroles ».

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire