Accueil International Femmes évêques en Angleterre ? Un ‘non’ très féminin

Femmes évêques en Angleterre ? Un ‘non’ très féminin

par La rédaction

Près de la moitié des membres de l’Église d’Angleterre qui se sont opposés à l’ordination de femmes évêques… étaient des femmes.


 

Ce sont trois composantes de l’Église anglicane d’Angleterre, réunis en Synode, qui se prononçaient la semaine dernière sur l’ouverture de l’épiscopat aux femmes. Si le rejet de la réforme a surpris, le plus étonnant est sans doute que le refus est venu de la base, et en bonne partie des femmes.

Le collège des évêques et celui du clergé ont largement dit oui. Mais c’est le collège des fidèles (« laity ») qui a provoqué l’échec de la réforme, la majorité des deux tiers requise n’y ayant pas été atteinte (lire : « Occasion manquée » pour l’Église d’Angleterre).

Et parmi les 74 membres de ce collège des fidèles qui ont dit non, pas moins de 33 étaient des femmes, selon les résultats détaillés publiés lundi 26 novembre par l’Église d’Angleterre.

La plupart d’entre elles sont affiliées à deux groupes traditionalistes : ‘Reform’ et ‘Forward in Faith’, constate le quotidien britannique The Guardian. « Ce n’est pas une question de sexisme. C’est une question de conviction théologique (…) En lisant la Bible, je suis convaincue que les hommes et les femmes sont égaux et différents », commente Susie Leafe, membre du groupe ‘Reform’, qui a fait campagne contre l’ordination de femmes évêques.

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

7 commentaires

hic 27 novembre 2012 - 11:01

Après, faudrait voir le taux femmes/hommes dans dans le collège des fidèles, pour voir si proportionnellement, il y a effectivement autant de sexisme de la part des femmes (ce qui est tout à fait possible, je dis juste que ces chiffres ne permettent pas de s’en rendre compte).

Répondre
arnaudbihel 27 novembre 2012 - 11:53

« hic »
Après, faudrait voir le taux femmes hommes dans dans le collège des fidèles, pour voir si proportionnellement, il y a effectivement autant de sexisme de la part des femmes (ce qui est tout à fait possible, je dis juste que ces chiffres ne permettent pas de s’en rendre compte).

Bonne remarque. Nous avons compté une soixantaine de prénoms féminins sur les 132 fidèles ayant voté oui, soit une proportion similaire au vote non.

Répondre
chacha 27 novembre 2012 - 12:49

« hic »
Après, faudrait voir le taux femmes hommes dans dans le collège des fidèles, pour voir si proportionnellement, il y a effectivement autant de sexisme de la part des femmes (ce qui est tout à fait possible, je dis juste que ces chiffres ne permettent pas de s’en rendre compte).

C’est quoi les femmes hommes?!

Répondre
hic 27 novembre 2012 - 13:56

@arnaud bihel:merci pour vos éclaircissemements
@chacha:corrigé! 😉

Répondre
Aude 27 novembre 2012 - 17:47

« En lisant la Bible, je suis convaincue que les hommes et les femmes sont égaux et différents » Certes … heureusement qu’on me dit ça, j’avais pas compris pourquoi les hommes avaient un petit quelque chose qui dépassé, mais c’est parce qu’ils sont physiquement différent ! Quel scoop !
Et sinon cette différence justifie t-elle toute la violence envers les femmes ?

Répondre
danielle 28 novembre 2012 - 21:54

La différence entre les hommes et les femmes, quelles qu’en soient les origines-construction sociale ou autre-ne justifie en rien les inégalités de statuts. Revendiquer l’égalité c’est avant tout rejeter toute hiérarchisation des différences. Différents-es…ouais et alors !

Répondre
09 Aziza 3 décembre 2012 - 11:21

Le sexisme et la misogynie n’ont pas de sexe; c’est à dire que des femmes, de genre féminin, peuvent divulguer les opinions sexistes, et agir en conséquence, selon la règle qui fait que les dominés peuvent intégrer les normes des dominants pour se sentir plus forts et plus en sécurité.
Il ne faut pas cultiver l’illusion que des femmes aux postes de commande vont systématiquement favoriser la non discrimination envers leur propre genre. Voir Madame Thatcher….

Répondre

Laisser un commentaire