Accueil CultureCinéma Femmes, hommes : qui a la parole chez les princesses Disney ?

Femmes, hommes : qui a la parole chez les princesses Disney ?

par La rédaction
Princesses Disney
Princesses Disney

Photo Jennie Park sur Flickr (CC BY 2.0)

Les linguistes Carmen Fought et Karen Eisenhauer ont analysé les temps de parole des personnages masculins et féminins dans 12 « films de princesses » Disney. Les résultats sont parfois surprenants.

Une princesse passive qui attend son valeureux prince. L’histoire est connue. Mais qu’en est-il vraiment des prises de paroles des femmes et des hommes dans les films « de princesses » chez Disney ? Le Washington Post a publié lundi 25 janvier les travaux de deux linguistes à ce sujet.

La conclusion générale est sans suprise : les femmes y parlent bien moins que les hommes. Mais des surprises se nichent aussi dans ces calculs. En effet, chez les princesses Disney de la première génération – Blanche Neige, Cendrillon, La Belle au Bois Dormant – les femmes ont au moins autant la parole que les hommes. C’est le nombre de mots prononcés par l’ensemble des personnages – donc aussi entre autres des méchantes belles-mères ou des fées – que les chercheuses, Carmen Fought et Karen Eisenhauer, ont pris en compte.

« L’augmentation du nombre de personnages a accentué le déséquilibre entre les sexes »

Après une longue période sans films de princesses chez Disney, le phénomène a fait son grand retour en 1989 avec La Petite Sirène. Et dans celui-ci (où certes l’héroine perd sa voix) et dans les 5 qui ont suivi, la prise de parole des personnages féminins a plongé : elles n’occupent plus, en moyenne, qu’un quart du temps de parole. « Le problème tient en partie à ce que ces nouveaux films sont majoritairement peuplés d’hommes », relève le Washington Post. « A part l’héroïne, ils proposent peu d’exemples de femmes en position de pouvoir, qui imposent le respect, qui soient utiles ou dans un rôle de ressort comique ».

C’est aussi que « les premiers films comptaient moins de rôles parlants au total, et une répartition des sexes plus équilibrée. La Petite Sirène a inauguré un nouveau style de films Disney, sur l’exemple des comédies musicales de Broadway, avec un casting bien plus riche. Et l’augmentation du nombre de personnages a accentué le déséquilibre entre les sexes ».

Un troisième temps apparaît avec Raiponce en 2010. A nouveau, le temps de parole masculin/féminin s’équilibre. La relation fille/mère au cœur de Rebelle en 2012 permet de battre un record : près des trois quarts du temps de parole est féminin. Mais le dernier film de princesses de Disney, La Reine des Neiges, en 2013, marque un recul significatif : les personnages masculins ont majoritairement la parole, bien que les héroïnes soient deux sœurs.

Pourcentage de mots prononcés par les personnes féminins et masculins

Princesses Disney, temps de parole

Au-delà des seuls chiffres sur les paroles prononcées, Carmen Fought et Karen Eisenhauer se sont penchées sur leur sens. Et en particulier sur les compliments. Et là encore les tendances varient selon les trois périodes.

Dans l’ère « classique », plus de la moitié des compliments faits aux princesses Disney portent sur leur apparence, 11% seulement sur ce qu’elles accomplissent. Dans la seconde période (« renaissance »), un rééquilibrage est en cours. Et depuis les films des années 1990, les compliments portant sur les accomplissements des princesses sont plus nombreux que ceux sur leur apparence. Un signal largement positif. Sans doute pas étranger au fait que des femmes ont eu des rôles prédominants dans la création des deux derniers films, Rebelle et La Reine des Neiges.

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

planchon 27 janvier 2016 - 10:20

très interessant cette étude ! c’est ainsi que l’on voit l’évolution de notre société et de ce que l’on fait de nos enfants.

Répondre
taranis 27 janvier 2016 - 11:37

Vu le peu de maturité de votre reflexion , je pense effectivement que vous préférez vous vautrer devant un film porno en descendant quelques bières
la filmographie Disney est une exellente ressource pour une étude sociologique …Le cinéma en tant qu’Art bien sur relate aussi l’évolution des moeurs par contre dommage pour vous d’être reste potache

Répondre

Laisser un commentaire