Accueil CultureCinéma Les femmes sans tête d’Hollywood : « Le corps des femmes est utilisé comme appât sexuel »

Les femmes sans tête d’Hollywood : « Le corps des femmes est utilisé comme appât sexuel »

par Marina Fabre
Femmes sans tete

Femmes sans teteDe dos, décapitées, floutées… la tête des femmes, grande oubliée des affiches de cinéma. Anodin ? Pas vraiment. Entretien avec Marcia Belsky, créatrice du Tumblr qui pointe du doigt ces affiches sexistes. 

C’est un Tumblr qui fait parler de lui cette semaine. Marcia Belsky est une comédienne américaine. Le 20 avril dernier elle lançait Les femmes sans tête d’Hollywood (The Headless Women of Hollywood), un Tumblr qui répertorie toutes les affiches de film sur lesquelles les actrices sont « décapitées ». Le résultat est bluffant. Ces affiches, si nombreuses, révèlent un problème systémique : les femmes n’ont pas de tête. Leurs jambes, leurs cuisses, leurs fesses, leur dos, sont en revanche eux, bien souvent visibles.

En quelques jours, le Tumblr dépasse les frontières et est repris dans le monde entier. En France, Le Parisien, Télérama, Slate… relayent l’information. Un succès auquel ne s’attendait pas Marcia Belsky. Pour Les Nouvelles NEWS, la comédienne revient sur son projet :

Comment avez-vous eu l’idée de créer ce Tumblr ?

Un professeur m’a montré des centaines d’images sur lesquelles les corps des femmes sont fragmentés en objets consommables. Quand j’ai vu l’ampleur du phénomène, cela m’a vraiment choquée. Au fil du temps je suis devenue de plus en plus contrariée par ces images que je voyais partout et dont personne ne voulait croire qu’elles étaient aussi nombreuses.

Je ne prétends pas que toutes les images ou affiches que nous voyons coupent, effacent la tête des femmes mais il y en a beaucoup. Beaucoup trop.

Qu’est-ce que cela révèle à votre avis ?

Lorsque vous effacez d’une affiche la tête d’une femme, vous retirez beaucoup de choses : ses pensées, ses sentiments, ses désirs. Son consentement. Vous enlevez son individualité. Elle est déshumanisée et son corps est interchangeable avec quelqu’un d’autre. Vous faites de son corps un objet passif destiné à être consommé par les hommes.

Et nous sommes devenus insensibles à ces images. Avec ce Tumblr, je veux que les gens voient que le corps des femmes est coupé, utilisé comme appât sexuel. J’espère une prise de conscience parce que ses images sont très populaires dans la culture pop et la publicité aujourd’hui.

« Décapiter » les femmes dans les affiches, c’est le reflet de l’invisibilité des femmes au cinéma ? 

Je pense que c’est une combinaison de plusieurs choses. C’est une pratique qui est devenue un standard et qui s’est solidifiée pendant les années d’or de la publicité. Dans l’ensemble, ces images ont vendu et vendent toujours très bien. Tant que l’objectivation rapporte de l’argent, les publicités vont continuer à objectiver les femmes.

Mais il y a un élément culturel et sexiste qui va plus loin : inconsciemment et consciemment les femmes sont encore considérées et traitées comme des morceaux de viande. Et Hollywood en particulier dépeint la plupart des femmes comme des personnages passifs, en soutien aux hommes, qui sont heureux de rester en arrière-plan et sexuellement disponibles.

Avec ces affiches on dit aux femmes que leur valeur principale est d’être attrayantes sexuellement pour les hommes. Et cela passe avant nos propres désirs, au-delà même de notre propre humanité. Je veux que les filles apprennent à avoir une estime d’elles au-delà de leur corps.

Le ton du Tumblr est assez léger, même drôle. C’est un parti pris ?

Je suis comédienne donc forcément, je voulais que ça soit drôle ! Je voulais rendre le Tumblr sarcastique pour casser le côté frustrant de ces affiches. Finalement, ça les tourne au ridicule, et c’est bien le but.

 

Et le phénomène ne se vérifie pas seulement aux USA. En France, par exemple, sur les films en salles en ce moment : 

Femmes sans tete 2

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS

Moins visibles sauf nues, au cinéma

« La » femme et le grand écran, par Virginie Despentes

L’analogie femme / morceau de viande, aux tréfonds du sexisme 

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

3 commentaires

Hélène 27 avril 2016 - 12:36

Ce tumblr est génial.
Enfin du concret pour montrer que non, on exagère pas.
Et que si c’est grave.

Répondre
flo 27 avril 2016 - 15:57

« un balcon sur la mer » Dujardin en entier Croze en silhouette floue à l’arrière, « l’arnacoeur » Duris en entier, la tête de Paradis en noir et blanc petite photo à l’arrière, « un long dimanche de fiançailles » Tautou de dos, « quelques heures de printemps » Lindon en gros plan et Hélène Vincent floue coupée aux 3 quarts, « populaire » Duris bien visible et H. Vincent cachée derrière lui, « sea no sex and sun » tiens un bikini blanc sans tête … »la môme » Cotillard de dos, « ne le dis à personne » Cluzet bien visible à l’intérieur d’une silhouette de femme invisible (Croze ?), « mon roi » gros plan du visage de Cassel effaçant celui de Bercot… « marguerite » Catherine Frot de dos… « la piscine » .. ok trop vieux pour concourir mais juste pour la blague qui est à poil sur la peau de bête ? Plus récemment avec l’affiche de « l’autre monde », maintenant on sait que Bourgoin a un tatouage sur le cul…

Répondre
Mattias 28 avril 2016 - 10:08

« Les Infidèles », sorti en 2012. Un sommet du genre dont les affiches ont fait grand bruit à l’époque.

http://next.liberation.fr/cinema/2012/02/02/les-affiches-du-film-les-infideles-bientot-retirees_793142

Répondre

Répondre à flo Annuler la réponse