Accueil CultureCinéma Festival de Cannes : toujours pas mieux

Festival de Cannes : toujours pas mieux

par La rédaction

©: Festival de Cannes

Trois réalisatrices seulement voient leurs œuvres figurer dans la sélection des 18 films en compétition pour la palme d’or au 71ème Festival de Cannes… comme en 2017 et avant.

Après le scandale Weinstein et l’engagement de nombre de stars, ça ne devait plus se passer comme ça. Un 7ème art dominé par les hommes, fini !… Il semble bien que les bonnes résolutions ont déjà fait pschitt. Les sélectionneurs de la sélection n’ont pas chaussé de nouvelles lunettes.

Ils ont bel et bien gardé les lunettes qui leur font penser qu’a priori, l’œuvre d’un homme est forcément digne d’intérêt tandis que celle d’une femme… Faut voir. Trois films sur les 18 sélectionnés pour la compétition sont réalisés par des femmes, comme l’an passé, comme l’année d’avant, et toujours pas de retour vers l’exploit de 2011 avec un record de 4 films signés par des femmes !

L’alibi d’une présidente de jury, l’actrice australienne Cate Blanchett, une des figures de Hollywood impliquées dans le mouvement TIME’S UP, n’a pas fait long feu. Pierre Lescure, Président du Festival de Cannes et Thierry Frémaux, son Délégué général, avaient évoqué les « convictions » de Cate Blanchett et prévu qu’elle serait « une Présidente engagée ». Mais ils n’ont pris aucun engagement concernant la sélection bien qu’ils soient sous le feu des critiques depuis plusieurs années. (voir : Cate Blanchett, une “actrice engagée” pour présider le Festival de Cannes)

Thierry Frémaux est un dur à cuire. Ni les interventions de « la Barbe », ni les multiples interpellations dont il est l’objet ne lui font bouger un cil. En 2012, il répondait à une tribune de La Barbe intitulée « A Cannes, les femmes montrent leurs bobines, les hommes, leurs films » par un syllogisme dont la conclusion était : les femmes ne font pas de films de qualité. (voir Cannes : le syllogisme du mépris)

En 2014, il ironisait sur « le marronnier »  des femmes absentes (voir : Cannes 2014 : Les femmes absentes, ce “marronnier”). En 2015, il remettait ça (voir : Thierry Frémaux : “Cannes n’est que le bout de la chaîne”) et rejetait la responsabilité de la domination masculine du cinéma sur les journalistes, les femmes des comités de sélection, tous les maillons de la chaîne… Sauf lui qui préside le plus grand festival et se garde bien de donner les impulsions nécessaires.

Voici les trois films sélectionnés réalisés par des femmes : Les filles du soleil, d’Eva Husson, Capharnaüm, de Nadine Labaki, et Lazzaro Felice, d’Alice Rohrwacher. (Voir La sélection officielle sur le site du festival)

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

Au cinéma, les femmes n’ont “pas besoin d’aide, mais d’argent”

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire