A la tête de la FIFA, 24 hommes… et enfin une femme

par La rédaction
Lydia Nsekera, via Flickr UN Women (CC BY-NC-ND 2.0)

Lydia Nsekera, via Flickr UN Women (CC BY-NC-ND 2.0)

La Burundaise Lydia Nsekera vient d’être élue au Comité exécutif de l’instance dirigeante du football mondial. Elle y sera la première, mais la seule.


 

Pour la première fois depuis plus de 100 ans, la FIFA n’est plus un cénacle masculin. La fédération internationale de football a, pour la première fois, lors de son Congrès annuel le 31 mai à la Réunion, élu une femme au sein de son Comité exécutif, son organe décisionnaire. Lydia Nsekera, présidente de la Fédération burundaise de football devient la première femme à siéger au sein de ce « Comex ».

Pour l’instance dirigeante du football mondial, l’élection de Lydia Kskera, qui siégera pendant 4 ans, fera « date dans l’histoire de la représentation des femmes au sein de la famille du football. »

Une féminisation a minima, tout de même : elle ne vient pas remplacer un membre masculin de ce comité. Ils étaient 24 à y siéger, ils seront toujours 24 hommes… et une femme en plus. Une seule, comme le prévoient les statuts de la FIFA amendés à cette effet : ils évoquent l’élection de la « membre féminine », au singulier, du Comité exécutif.

Lydia Kskera avait été cooptée un an plus tôt au sein du Comité exécutif, un statut qui ne lui permettait pas d’y siéger officiellement. Lors de ce Congrès, deux autres femmes ont été cooptées à leur tour, pour 4 ans : Sonia Bien-Aimé, secrétaire générale de la Fédération de football des îles Turks et Caico, et Moya Dodd – vice-présidente de la Confédération Asiatique de Football, elle avait été la première femme à siéger au Comité exécutif de la Fédération australienne de football.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?