Accueil SagaInitiatives Fleur Pellerin et le CNN s’attaquent au sexisme sur le Web

Fleur Pellerin et le CNN s’attaquent au sexisme sur le Web

par Isabelle Germain
ONUgoogle150

Campagne de sensibilisation ONU Femmes

Peu de femmes aux commandes, des attaques misogynes sur la Toile… La ministre déléguée à l’Economie numérique veut travailler avec le Conseil national du numérique pour faire reculer le sexisme.


 

Le sexisme sur le Web, Fleur Pellerin connaît. Avant de devenir ministre, elle avait été la cible de Jean-Baptiste Descroix-Vernier, patron de Rentabiliweb et à l’époque vice-président du Conseil national du numérique (CNN). Vexé de n’avoir pas pu rencontrer le candidat François Hollande, il avait déclaré en public : « Il s’est contenté de nous envoyer sa femme de ménage. » En l’occurrence Fleur Pellerin, alors conseillère à l’économie numérique du candidat socialiste (Voir : CNN… et maintenant les femmes de ménage).

Ce n’est sans doute pas cette raison qui la pousse aujourd’hui à vouloir agir, mais Fleur Pellerin annonce sur le site du ministère ce lundi : « Avec Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, nous avons saisi le Conseil national du numérique d’une mission pour travailler sur l’image des femmes sur Internet. » La ministre va pouvoir s’appuyer sur un CNN paritaire puisque cet organe, reconfiguré fin 2012 compte désormais autant de femmes que d’hommes – et Jean-Baptiste Descroix-Vernier n’y est plus (Voir : La parité s’impose dans le numérique).

Soutières du numérique

Dans un entretien au Journal du dimanche, la ministre observe qu’elle est souvent la seule femme dans les conférences sur l’économie numérique puisque seuls les dirigeants prennent la parole dans la sphère publique et la majorité des dirigeants sont des hommes dans le numérique (et ailleurs).

L’arrivée d’une femme à la direction de Twitter ces derniers jours a par exemple été vécue comme un événement exceptionnel. Et plusieurs études montrent que si les femmes sont présentes dans le numérique, c’est en bas de l’échelle, rarement aux postes de direction (Voir : Plus d’un quart de femmes dans le numérique).

Pour des raisons étranges qu’il appartiendra au CNN d’analyser, les filles, malgré de bons résultats dans les matières scientifiques à l’école, ne s’orientent pas vers les métiers du numérique. Question d’image. De nombreux messages plus ou moins subliminaux viennent asséner que ce n’est pas pour elles (Voir : Ingénieures, pas call girls et Si tu es ingénieure, baisse les yeux) et les messages positifs ont du mal à s’imposer (Voir : Science au féminin, clip gagnant). Même l’algorithme du moteur de recherches Google accompagne l’internaute vers des contrées sexistes (Voir : La misogynie passe aussi par Google).

Pour les mêmes raisons étranges, les femmes qui veulent entreprendre dans le numérique ne trouvent pas d’investisseurs pour les accompagner. « Il y a clairement une corrélation entre la capacité des femmes à lever des fonds et le fait qu’elles s’adressent à des financeurs masculins », note la ministre. Le financement des entreprises créées par des femmes est un réel handicap (Voir : La course d’obstacles de l’entrepreneuriat au féminin).

Incitations à la violence

Au-delà du sexisme ordinaire qui veut insidieusement remettre les femmes à « leur » place, la Toile est envahie de clichés, propos insultants, voire d’incitations à la violence envers les femmes. Récemment, une vidéo incitant les garçons à embrasser de force les filles dans la rue a fait un gros « buzz » (Voir : Guillaume, 28 ans, prof de sexisme), mais il y a aussi les jeux vidéos qui envoient du sexisme en barre (Voir : Paroles de gamers sur le sexisme geek). Et des questions encore pas tout à fait résolues sur l’incitation au viol sur la Toile (Voir : #FBRape : Facebook promet d’agir). 

A chacun de ces dérapages, ce sont des débats homériques sur les thèmes : c’est de l’humour, votre combat est ringard, on n’y peut rien… Et bien sûr : ce n’est pas au numérique qu’il faut s’attaquer, le sexisme viendrait d’ailleurs, circulez… Débats que l’on retrouve à l’identique sur n’importe quel sujet sur le sexisme. « Il faut rappeler les dirigeants à leurs responsabilités. Et réfléchir à la manière d’inciter les jeunes femmes à embrasser ces carrières en rejoignant la “French Tech”, via par exemple une campagne de communication avec des portraits d’entrepreneuses, de développeuses… Le Conseil fera des propositions fin mars », annonce la ministre.

 

 

Illustration : campagne de sensibilisation ONU Femmes

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

halais 13 décembre 2013 - 22:36

Cette Fleur Pellerin est-elle descendante ou inspirée par un certain Professeur Pellerin , sommité scientifique , qui s’était fait remarquer pour l’impossibilité du nuage de Tchernobyl à passer les frontières française ?

Répondre
Ajuga 17 décembre 2013 - 07:28

« halais »
Cette Fleur Pellerin est-elle descendante ou inspirée par un certain Professeur Pellerin

que la réponse soit OUI ou NON, qu’est-ce que ça change à l’information sur son travail à elle ?
Du coup je me demande si vous n’êtes pas en train d’essayer d’introduire une décrédibilisation de son action ?

Répondre

Laisser un commentaire