Accueil Médias Foot : les Lyonnaises invisibles

Foot : les Lyonnaises invisibles

par La rédaction

Photo © S.Guiochon / Le Progrès

Les footballeuses lyonnaises se sont (encore) qualifiées pour les demi-finales de la Ligue des Champions. Dans une quasi-invisibilité médiatique.

 

Quand l’OL est éliminé en huitièmes de finale de la Ligue des Champions, la trace médiatique est immense. Quand l’OL se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des Champions, le journal L’Equipe du lendemain n’y consacre qu’une courte brève, en page 5. Illogique ? Non, question de genre.

L’Olympique lyonnais qui s’est qualifiée pour les demi-finales de la compétition européenne, mercredi 23 mars, est l’équipe féminine du club rhodanien. Elle atteint le dernier carré après sa victoire à domicile sur les Russes du Zvezda (1-0, 0-0 au match aller). Une qualification obtenue devant 6 000 spectateurs au stade Gerland, sous les yeux d’une partie du groupe masculin de l’OL. Mais le quasi-silence du quotidien sportif de référence démontre que l’impact médiatique du football féminin reste quasi-nul.

« C’est la performance qui est déterminante, et non le genre », expliquait le rédacteur en chef de L’Equipe Pierre Callewaert, le 10 février dernier, à la délégation aux droits des femmes du Sénat. Visiblement, la performance des Lyonnaises ne suffit pas. Les joueuses de l’OL ont pourtant l’habitude des grands rendez-vous. Elles ont déjà accédé, l’an dernier, à la finale de la Ligue des Champions, perdue aux tirs aux buts contre le Turbine Potsdam, devant plus de 10 000 spectateurs. Une finale diffusée par une chaîne de télévision allemande, mais pas en France. Les deux années précédentes, l’OL avaient atteint les demi-finales de la Coupe de l’UEFA Women’s Cup.

Cette année, en demi-finale, les joueuses de Lyon affronteront l’équipe anglaise d’Arsenal (match aller le 9 ou 10 avril à Lyon, match retour le 16 ou 17 avril). Une équipe que les lyonnaises ont toujours éliminé ces trois dernières années. Et « une vraie affiche pour le football féminin », se réjouit l’entraîneur Patrice Lair. Pour, enfin, obtenir une vraie visibilité médiatique ?

Dans trois mois, ce sera l’équipe de France féminine de football, 7ème nation mondiale au classement de la FIFA, qui aura l’occasion de se mettre en avant. Après un parcours qualificatif sans faute, les Bleues débuteront la Coupe du Monde en Allemagne le 26 juin, face au Nigéria.

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

Gabrielle_blogueuse 24 mars 2011 - 16:43

le problème, c’est que si on compte sur eux pour déterminer ce qu’est la performance on est pas sorti de l’auberge.
pourquoi se fatiguer à donner de nouveaux angles de vue? ces journaux donnent aux spectateurs ce qu’ils veulent voir: des hommes qui jouent au foot, au rugby.

une demi-finale, c’est une performance, quel que soit le genre.

après, il y aura toujours un petit malin pour dire que « ça va moins vite, ça joue moins bien… »
alors que des matchs pourris de Ligue 2 trouvent preneur, notez bien!

Répondre

Laisser un commentaire