Accueil Société Une footballeuse iranienne virée pour avoir joué sans voile

Une footballeuse iranienne virée pour avoir joué sans voile

par La rédaction

« ll semble que pour la communauté sportive d’Iran, le voile a une importance plus grande que le sport », dénonce Shiva Amini, joueuse iranienne de futsal. Elle aurait été radiée par sa fédération pour avoir joué tête nue et en short un match amical à l’étranger.


 

Shiva Amini, une joueuse nationale iranienne de futsal (football en salle), dit avoir été écartée de la sélection nationale pour avoir joué sans hijab, et en short, un match amical alors qu’elle était en voyage en Europe.

« Donnons un carton rouge à la république islamique », dénonce Masih Alinejad, fondatrice de My Stealthy Freedom, qui milite contre l’obligation faite aux Iraniennes de porter le voile, et a relayé mercredi 26 avril la colère de Shiva Amini.

Shiva Amini a témoigné sur son compte Instagram :

« Je n’ai jamais pensé qu’un jour on m’interdirait de jouer pour mon pays pour être apparue non voilée et en short sur une photo prise au cours d’un voyage privé hors d’Iran ; ce n’était même pas une rencontre officielle. Il semble que pour la communauté sportive d’Iran, le voile a une importance plus grande que le sport. Je ne sais pas ce que les représentants de notre pays cherchent à prouver en suspendant des gens comme moi, dont la préoccupation première est de donner une meilleure réputation à l’Iran par le sport. Depuis quand exige-t-on qu’on soit voilées à l’extérieur du pays ? Je suis attristée de réaliser que les représentants de notre pays n’aient jamais considéré les sports féminins avec sérieux. »

En 2015, l’équipe iranienne de futsal a été sacrée championne d’Asie… sans sa capitaine Niloofar Ardalan, à qui son mari avait interdit de quitter le pays.

Ces dernières années l’Iran a mené de rudes négociations avec la FIFA, Fédération international de football, pour que ses joueuses puissent participer, voilées, à des compétitions internationales. En 2014, la FIFA autorisait finalement le port du « couvre chef » pour les footballeurs et footballeuses.

Voir : La FIFA dit oui aux têtes couvertes

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

09 Aziza 2 mai 2017 - 15:39

Ce qu’il y a/ce qu’il n’y a pas sur la tête des femmes semble être une obsession partout: entre cette sportive écartée parce que tête nue, les mamans françaises interdites de sortie scolaire parce que voilées; et aussi la longueur des jupes toujours trop courtes ou trop longues…sans compter ce que portent aux pieds les femmes politiques, et ces jours derniers la couleur des cheveux d’une éventuelle Première dame, nous sommes toujours des poupées, les joujoux de ces messieurs qu’ils habillent/déshabillent à leur gré!

Répondre

Laisser un commentaire