Accueil DiversNouvelles brèves Fuir les violences domestiques n’est pas un crime

Fuir les violences domestiques n’est pas un crime

par La rédaction

Les autorités afghanes viennent d’annoncer officiellement, pour la première fois, que le fait pour une femme de fuir le foyer n’est pas un crime. Le 16 septembre, le ministre de la Justice et celle des Droits des femmes ont assuré que les Afghanes ayant fui un mariage forcé ou des violences domestiques ne feraient plus l’objet de poursuites. Les forces de police ont reçu des instructions en ce sens.

S’appuyant sur cette annonce, l’ONG Human Rights Watch (HRW) appelle les autorités afghanes à libérer toutes les femmes qui seraient encore emprisonnées « illégalement » sous ce chef d’accusation. En mars dernier, l’ONG révélait que 400 femmes et filles afghanes (soit une large majorité des femmes derrière les barreaux) étaient incarcérées pour de tels « crimes moraux ».

Depuis 2001, l’Afghanistan a connu la création de refuges pour les femmes fuyant les violences domestiques. Mais ils manquent de financement et il n’en existe aucun dans le sud du pays, là « où les droits des femmes sont particulièrement en danger », déplore HRW. En juin dernier, le ministre de la Justice Habibullah Ghalib s’en prenait même à ces centres, des lieux « d’immoralité et de prostitution », selon lui. Il a ensuite présenté ses excuses pour cette déclaration.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Scènes de crime pour les actrices afghanes

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire