Accueil CultureScience Génie naturel : le préjugé qui bloque l’accès des femmes aux sciences

Génie naturel : le préjugé qui bloque l’accès des femmes aux sciences

par Arnaud Bihel
Leslie

Sarah-Jane Leslie. Par Kim Schmidt – Princeton University

Pourquoi si peu de femmes dans certains champs académiques, comme la physique ou la philosophie ? Une étude observe que ces disciplines mettent l’accent sur le « talent inné », une qualité perçue à tort comme masculine.


 

« Les femmes sont moins présentes dans des disciplines universitaires dont les pratiquants estiment que le talent pur, inné, est la principale clé de la réussite. Et ce, en raison du stéréotype selon lequel les femmes ne possèdent pas ce talent ». C’est la conclusion d’une étude menée par Sarah-Jane Leslie, du département de philosophie de l’Université de Princeton aux Etats-Unis, publiée vendredi 16 janvier dans la revue Science.

Sarah-Jane Leslie et ses collègues ont interrogé plus de 1800 universitaires aux Etats-Unis dans 30 disciplines, sciences humaines et sciences dures. Et la corrélation est fortement significative. Les sciences physiques, les mathématiques, mais aussi la philosophie, sont les champs académiques dont les représentants estiment qu’ils requièrent une forme de « génie », de brillance intellectuelle. Et ce sont ceux dans lesquels on retrouve le moins de femmes. A l’inverse, ceux où le génie est jugé moins essentiel que la capacité de travail – comme les sciences de l’éducation, la psychologie et l’anthropologie – sont les plus féminisés.

Pas une question d’aptitude, mais d’attitude

Mais cela ne voudrait-il pas dire que les hommes sont effectivement plus intellectuellement brillants ? Pas du tout, assurent les chercheurs. Car il n’y a pas de lien entre la sélectivité des cursus et la proportion de femmes. C’est en amont que tout se joue. « Il ne s’agit pas d’une question d’aptitude, mais d’attitude à l’égard du ‘génie requis’ », assure Sarah-Jane Leslie. Cette culture du talent inné, combinée au stéréotype qui présente cette aptitude comme masculine, n’incite pas les femmes à s’engager dans ces disciplines, estiment les chercheurs.

« En sciences les femmes peuvent faire aussi bien que les hommes, sinon mieux. Le seul problème est que, jusqu’à récemment, personne ne le leur a dit », soulignait voilà un an la française Brigitte Kieffer, spécialiste du cerveau et lauréate 2014 pour l’Europe du Prix L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science (Voir : Cherchez les chercheuses).

Dans une vidéo, Sarah-Jane Leslie cite des exemples de la culture populaire qui alimentent les représentations homme/talentueux, femme/laborieuse. Sherlock Holmes, Docteur House ou Will Hunting apparaissent comme possesseurs d’un « génie inné ». Alors que les femmes présentées comme intellectuellement brillantes, comme Hermione Granger dans Harry Potter, doivent leur capacité à leur force de travail.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Les femmes scientifiques ont la parole

« Premières à… » Rétrospective 2014

« J’ai voulu photographier des femmes qui peuvent dire ‘Je’ »

Sexe du cerveau : l’étude qui embrouille les neurones

Place aux femmes de sciences sur Wikipédia

Vous n’invitez pas assez de femmes, ce sera sans moi

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

Lili 17 janvier 2015 - 23:57

La série Bones montre une femme très sûre d’elle, qui travaille certes, mais ne cesse de rappeler son génie, d’ailleurs incontesté (idem pour sa copine Angela, qui elle, travaille assez peu, et est très mature à tous points de vue). En revanche, on est dans un scénario « Belle au Bois dormant », puisque le génie est affectivement immature. Mais j’aime bien cette série, entre autres, parce qu’elle est très égalitaire et se joue beaucoup des stéréotypes.

Répondre
Lili 18 janvier 2015 - 00:00

On est aux Etats-Unis dans cette étude, mais en France la philo fait partie des matières très hautement féminisées, du coup je m’interroge sur la perception de cette discipline dans notre pays…

Idem pour la physique, depuis Marie Curie, on pourrait penser que le « génie » physique est partagé, et que la désaffection des filles pour la physique tient plus à d’autres facteurs (cliché du rat de laboratoire, de l’intello…).
La grande féminisation des études de biologie reste un mystère, c’est pourtant très scientifique…
En revanche, la « bosse des maths », elle, a la peau dure…

Répondre

Laisser un commentaire