Accueil Politique & Société Gérard Longuet, les chiennes et « le corps français »

Gérard Longuet, les chiennes et « le corps français »

par Isabelle Germain

Bien avant les contorsions de langage expliquant son hostilité à la candidature de Malek Boutih à la présidence de la Halde, le sénateur UMP se défendait d’être sexiste en affirmant qu’il avait une femme, une mère, quatre filles et « quand j’ai un chien c’est une chienne ». (En vidéo)

Ce dérapage a lieu le 15 mai 2008, palais du Luxembourg à Paris. Un colloque intitulé « la Vème République au Parlement »réunit des intellectuels et représentants politiques. Des hommes seulement, y compris pour une table ronde intitulée « le Parlement, miroir de la société française ». L’association « La Barbe » s’invite.

Puisqu’il suffit d’avoir quelques poils au menton pour exercer le pouvoir, elles se parent d’une barbe et s’installent devant la tribune. Gérard Longuet se demande d’abord s’il s’agit de dénoncer les faux semblants de la politique, puis, découvrant le tract de La Barbe, l’ancien ministre de l’industrie se lance dans une improvisation qui pourrait nourrir à l’envi des thèses de psy : « j’ai une excuse, je suis marié avec une femme, ce qui est encore assez fréquent, j’ai quatre filles et une mère, et quand j’ai un chien, c’est une chienne ».

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

las vegas 12 mars 2010 - 14:01

Une chienne de garde probablement!

Répondre
Berenice 6 février 2012 - 18:43

Tout ce qui me vient à l’esprit, c’est : « les pauvres! »

Répondre

Laisser un commentaire