Accueil Politique & Société Grand débat : et à la fin, ce sont des hommes qui décident

Grand débat : et à la fin, ce sont des hommes qui décident

par Isabelle Germain

Ce lundi soir, le président de la République va annoncer des « mesures concrètes » préparées avec quatre hommes.

C’est ce lundi soir ! La semaine dernière, le Premier ministre, Edouard Philippe a fait un marathon de synthèses du « grand débat » indiquant que cette sorte de « je vous ai compris » serait suivi d’annonces faites par le président de la République. Et ce lundi, la tension monte dans les médias : le président de la République va s’exprimer dans la soirée.

Dimanche soir, pour ne pas prendre au dépourvu ses ministres, Emmanuel Macron recevait une partie du gouvernement à l’Elysée avant de présenter ses décisions. Mais avant de trancher, qui se trouvait dans le huis-clos des grattages de tête précédant les annonces ? Quatre hommes. Dans l’émission C Politique sur France5, les journalistes énumèrent : Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée, Philippe Grangeon, conseiller spécial du chef de l’État, Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale et François Bayrou, président du MoDem (C Politique vers 50’). Même constat sur France2 qui ajoute aussi le Premier ministre à ce cercle. (Franceinfo.fr reprend le sujet ici).

Représentativité ?

La place des femmes dans ce débat n’est manifestement pas un sujet central. Une première polémique a porté sur le fait que les participants représentaient une « France aisée ». Une autre polémique naissait jeudi dernier à propos des chiffres tronqués de ce grand débat. Franceinfo a en effet « épluché » les documents de synthèse et constaté des distorsions importantes. Les organisateurs du débat annoncent 500.000 participants. FranceInfo n’en compte que 234.000. Et à peine plus de la moitié des cahiers citoyens auraient été pris en compte.

Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat à la Transition écologique, qui animait le grand débat avec Sébastien Lecornu, le ministre chargé des Collectivités territoriales, est montée au créneau pour défendre la méthode. Elle trouve la polémique « inutile » et « pas fondée » et indique que toutes les contributions seront traitées, à 100 % et restituées au mois de mai. Mais les grandes décisions seront déjà prises comme semble l’indiquer le président de la République dans un tweet. La dimension genrée de la politique n’a, une fois de plus, pas été prise en compte.  

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire