Accueil Politique & Société Greta Thunberg : « Faites quelque chose »

Greta Thunberg : « Faites quelque chose »

par La rédaction

Mieux que les polémiques sur la venue de la jeune militante suédoise à l’Assemblée nationale : son discours sur l’urgence climatique.

A l’annonce de la venue à l’Assemblée nationale de la jeune militante suédoise le 23 juillet,  des députés d’extrême droite, de droite et beaucoup de médias ont focalisé leurs discours sur l’opportunité d’écouter une jeune fille, qu’ils pensent manipulée… Certains allant jusqu’à prétendre qu’ils préféraient écouter les scientifiques. Mais Greta Thunberg, qui a lancé un mouvement de jeunes en grève pour le climat, ne fait que répéter ce que disent en vain les scientifiques… qui la soutiennent. Et elle appelle à agir.

L’air de rien, elle a quand même envoyé une enguelade en règle contre « des élus, des chefs d’entreprise, des journalistes » qui disent « qu’ils ne sont pas d’accord avec ce que nous disons. Et qu’ils appellent des ‘opinions’ ».  

Et de brandir le rapport du GIEC « Page 108 du chapitre 2.  Tout y est. Nous n’avons plus que huit ans et demi avant d’avoir épuisé notre crédit carbone.» Mais, dit-elle, « c’est comme si vous n’aviez pas lu le dernier rapport du GIEC dont dépend l’avenir de notre civilisation »… « Ou peut-être simplement que vous n’êtes pas assez matures pour dire les choses telles qu’elles sont. Même cette charge, vous nous la laissez à nous, les enfants ». « Nous sommes devenus les méchants qui doivent dire aux gens des choses pas faciles, parce que personne ne veut le faire ou n’ose. Et nous recevons un déferlement de haine et de menaces. Des députés et journalistes se moquent de nous et mentent à notre sujet »

Elle avait pourtant commencé son discours avec modération, sans formule choc destinée, comme le prétendaient ses détracteurs, à « semer la panique» : « J’ai de bonnes nouvelles et de mauvaises nouvelles concernant l’urgence climatique. Je commence par la bonne nouvelle. Comme l’ont dit quelques personnes, le monde ne va pas arriver à sa fin d’ici 11 ans. En revanche, la mauvaise nouvelle, c’est que d’ici 2030, si nous ne faisons rien, nous serons très vraisemblablement dans une position où nous aurons passé plusieurs points de basculement et nous ne serons plus en mesure de revenir en arrière sur le changement climatique »

Et de répéter : « Le ‘budget carbone’ qui nous reste sera complètement épuisé d’ici huit ans et demi. Ces chiffres sont incontestables » et concernent l’ensemble de l’humanité. Il est « nécessaire que les pays les plus riches arrivent rapidement à un niveau de zéro émission de CO2 pour que les pays les plus pauvres puissent construire les infrastructures que nous avons déjà. » insiste-t-elle.

Un message que ses détracteurs ne veulent pas entendre. Comme l’a fait observer la climatologue Valérie Masson-Delmotte, le sujet reste à l’état de polémiques « extrêmement futiles » car a-t-telle déclaré en marge du discours de la jeune militante « On parle de la messagère mais pas du problème et ce qui m’intéresse, c’est de parler du changement climatique qui affecte tout le monde, les écosystèmes et les gens, et parler des solutions et faire en sorte que ces solutions soient déployées »

Il est temps de communiquer dans le seul but de mettre en oeuvre des solutions. Greta Thrumberg n’a pas épargné Emmanuel Macron et son expression « Make our planet great again » déplorant « les hommes politiques qui prétendent agir mais ne font rien, à part de belles campagnes de communication ».

A la secrétaire d’Etat à la transition écologique et solidaire, Brune Poirson, qui a lancé, enthousiaste à la militante et à ses camarades : « Merci beaucoup. Ne lâchez rien. Continuez à vous mobiliser. Vous nous donnez de l’espoir pour notre action. » La jeune militante a riposté : « Vous n’avez pas bien compris ce que nous faisons. Au lieu de nous dire merci, faites quelque chose ! »

Et ils ne lâcheront rien. Les jeunes français.e.s accompagnant Greta Thunberg, soutenus par des organisations comme  Youth for Climate France, Citoyens pour le climat, Alternatiba, Greenpeace, Réseau action climat… ont appelé à une mobilisation les 20 et 21 septembre, dans le cadre de la « semaine mondiale pour l’avenir » organisée du 20 au 27 septembre par le mouvement de la jeune Suédoise, Fridays for Future.

Son discours sur LCP

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire