Accueil Médias Grille de rentrée des radios : parabole du sexisme ordinaire

Grille de rentrée des radios : parabole du sexisme ordinaire

par Isabelle Germain

rtlRTL et Europe 1 ont fait leur rentrée ce lundi. Peu de voix féminines pour chroniquer ou débattre de la politique. Quand des femmes prennent les commandes d’une émission, c’est surtout pour parler vie pratique ou courrier du cœur.


europe 1

22 août. Les deux grandes radios françaises sont déjà dans les starting-blocks. Europe 1 et RTL inaugurent ce lundi leurs nouvelles grilles de rentrée. Du côté d’Europe 1, quand l’audience s’éveille, Bruce Toussaint prend les commandes de la matinale accompagné de Julie, qui na pas de nom, mais se charge de faire des lancements et de valoriser les invités et chroniqueurs.  Avec lui, Nikos Aliagas propose une interview « people », Laurent Ruquier parle de la presse du jour. Alexandre Adler livre son « point de vue », Jean-Pierre Elkabbach choisit ses interviewés, Nicolas Canteloup « livre sa revue de presque »… Seule Anne Roumanoff dispose d’un créneau « humour du lundi au jeudi » et laisse la place à un homme le vendredi. Deux autres femmes apparaissent dans cette tranche matinale mais en alternance avec deux hommes et sur une courte chronique : Arlette Chabot et Catherine Nay, assurant des décryptages politiques (avec Olivier Duhamel et Laurent Neumann). Le reste de la journée, Jean-Marc Morandini  prend la suite puis Michel Drucker, Guillaume Cahour, Franck Ferrand.

« Tous les domaines de la vie quotidienne »

Enfin, sur une tranche de faible audience, à 14h, une femme vient aux commandes, Héléna Morna, pour parler « Emploi, consommation, famille, maison, bien-être… Dans tous les domaines de la vie quotidienne, nos experts délivrent aux auditeurs éclairages, conseils, astuces, mises en garde » dit la radio. Et il y a fort à parier que les experts seront souvent des hommes comme cela a été compté dans le rapport sur l’image des femmes dans les médias. Question de vie privée pour une femme donc.

Puis retour aux choses sérieuses, Laurent Ruquier revient puis Nicolas Poincaré est confirmé à 18h. A 20h une nouvelle émission : Des cliques et des Claques consacrée à l’actualité du net avec le trio Laurent Guimier, David Abiker et Guy Birenbaum. Puis Michel Field prend le relais pour une émission culturelle à 21h. Et, il est temps de se coucher ? Non, à nouveau une femme vient aux commandes, Caroline Dublanche, pour une émission qui ressemble au courrier du cœur « Libre antenne » ainsi définie : « La liberté s’exprime dans la franchise de ceux qui appellent pour discuter, mettre des mots sur un sujet qui leur tient à cœur ou tout simplement pour être entendu. »

RTL, on prend les mêmes hommes

RTL de son côté mise sur une grille assez semblable à celle de l’an passé. Avec ses présentateurs, ses humoristes hommes et ses inénarrables chroniqueurs -Eric Zemmour, Alain Duhamel ou Jean-Michel Apahie- qui seront rejoints le mardi par Nicolas Demorand  et Serge July pour animer des débats politiques dans le cadre de la campagne de la présidentielle 2012. Sur la grille des programmes, le premier visage de femme qui apparaît est celui d’ Elizabeth Martichoux, qui partage la présentation de « RTL midi » avec Laurent Bazin. Enfin une femme pour parler d’actu ! Puis, comme sur Europe 1, c’est une femme, Flavie Flament, qui dirige l’émission de début d’après-midi, à 15 heures, pour « un rendez-vous chaleureux d’écoute et de partage (…) qu’il s’agisse de la famille, la santé, le bien-être, etc. ». Encore une tranche de vie privée pour une femme ! Puis… que des hommes : « les grosses têtes », « RTL soir », « on refait le monde » entre hommes, on refait le match…

Lot de consolation : s’il faut attendre le 29 août pour connaître la grille de rentrée de France Inter, on sait déjà que c’est Isabelle Giordano qui reprendra le créneau laissé vacant par Stéphane Bern, parti sur RTL. Elle devra créer une nouvelle émission pour succéder au « Fou du roi » en fin de matinée sur France Inter. En espérant qu’on ne lui demande pas d’en faire une émission consacrée à la vie privée. A une certaine époque, les journalistes de France Inter surnommaient ces émissions de vie privée dirigées par des femmes « émission ragnagna ». En sommes-nous encore là ?

 

?
Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

23 commentaires

23 commentaires

Léa 22 août 2011 - 14:49

Bien vu…

Avez vous moyen de faire parvenir cet article 1/ aux radios concernées 2/ à la presse « généraliste » ?

Il y a aussi une question de casting, quand on choisit Flavie Flament, on ne peut pas lui demander de parler politique… Les autres femmes citées sont plus crédibles…

Répondre
Lio 22 août 2011 - 15:20

Vous devriez vous intéresser à la présentation des journaux et des flashs d’information…Pas uniquement du rôle de l’anchorman (ou animateur).
Sur RTL, en tout cas, les voix féminines sont très présentes pour les rendez-vous d’information.

Répondre
catherine 22 août 2011 - 15:41

Et surtout ce que j’aime, c’est le renouvellement des animateurs et la place laissée aux jeunes.A quel âge vont ils pouvoir débuter les futurs drucker et consorts?

Répondre
Annie GH 22 août 2011 - 16:31

L’électrochoc provoqué dans les medias par l’affaire DSK est bien loin… Sans compter que depuis les doutes sur la crédibilité de la plaignante, cela rejaillit hélas sur l’ensemble de la gent féminine.
Courage! Soyons sélectives(fs) dans nos choix de medias (j’ai ma liste noire personnelle), et n’oublions pas d’interpeller les candidats à la Présidence sur ces questions !!!

Répondre
Emma 22 août 2011 - 16:53

Le rapport sur les femmes dans les médias est passé à la trappe !! Ces hommes ont la mémoire courte…. à défaut d’y voir leur intérêt !! On se demande pourquoi Arlette Chabot et Catherine Nay ne peuvent avoir leur propre émission. Je choisis de boycotter certaines chaînes si nous sommes nombreux(ses) à le faire, Monseigneur l’auditmat pourra peut-être faire changer les choses…. ou faudra t-il une loi pour ca aussi ???

Répondre
aurélie 22 août 2011 - 16:57

et pareil sur France Inter ou encore RMC… ou juste Brigitte Lahaie nous parle de… fesses évidemment.
un bémol, et Lio a raison, sur RTL et Europe 1 pas mal de journaux présentés par des femmes
sur Europe 1 par exemple, les journaux du matin sont féminins et ce sont les rendez-vous les plus importants le matin je crois, donc on accorde aux femmes au moins ça
pareil sur RTL pour pas mal de tranches d’information
mais encore du boulot
et ce déficit est flagrant aussi sur certaines chaînes de Télé
journaliste féminine, je dois avouer que ça progresse dans les rédactions, mais qu’on est encore loin du compte

Répondre
isabelle germain 22 août 2011 - 17:39

Bien sûr Lio et Aurélie, il y a des femmes dans les rédaction mais elles ne sont ni aux postes de décision, ni dans le fauteuil des animateurs vedette, ni dans celui des chroniqueurs. Soutières de l’info, pas capitaine.

Répondre
Zlotzky 22 août 2011 - 19:18

Franchement, de la part d’Europe 1 ou RTL, fallait-il s’attendre à autre chose ? D’ailleurs si une certaine forme de parité était respectée, la qualité des infos et des analyse s’en trouverait-elle pour autant améliorée ? Mais c’est un autre débat…

Répondre
Camo 23 août 2011 - 06:54

Existe-t-il un classement des radios les plus machos ? (temps de parole laissé aux femmes, responsabilités laissées aux femmes, commentaires sexistes récurrents,…)
Tout comme les Gérard du cinéma et la Quiche des lectrices, il serait bon d’attribuer le prix du micro puant à la station de radio et aux animateurs les plus misogynes

Répondre
Annie GH 23 août 2011 - 15:14

« Camo »
Existe-t-il un classement des radios les plus machos ? (temps de parole laissé aux femmes, responsabilités laissées aux femmes, commentaires sexistes récurrents,…)
Tout comme les Gérard du cinéma et la Quiche des lectrices, il serait bon d’attribuer le prix du micro puant à la station de radio et aux animateurs les plus misogynes

Je trouve que Camo a une excellente idée! Et les Nouvelles News pourraient s’y coller. Il pourrait aussi y avoir des seconds prix et des accessits. On pourrait avoir:

– le prix du plus macho,
– le prix du plus paternaliste,
– le prix du plus graveleux,
– le prix du copain de ses copains,
– le prix du paillasson,
– le prix du plus menteur,
– le prix de la mauvaise foi,
– le prix du dragueur lourd,
– le prix du « cherche sa maman »,
– le prix du carriériste ou écrase-tout,
– le prix du frimeur,
– etc.
Je suis à court pour l’instant, mais une petite séance de brainstorming pourrait aider à faire la liste des prix et à les intituler sur un mode drôlatique.
Sans oublier un dispositif de vigie et de sondage auprès des lectrices pour identifier les candidats…

Répondre
Hortense 23 août 2011 - 15:22

« Annie GH »

Sans oublier un dispositif de vigie et de sondage auprès des lectrices pour identifier les candidats…

Et les lecteurs alors ? 😉

Répondre
Annie GH 23 août 2011 - 15:26

« Hortense »

« Annie GH »

Sans oublier un dispositif de vigie et de sondage auprès des lectrices pour identifier les candidats…

Et les lecteurs alors ? 😉

Autant pour moi 🙂 je suis démasquée 😆
Bien sûr les lecteurs aussi; et les auditrices et auditeurs !!!

Répondre
Annie GH 23 août 2011 - 15:42

« isabelle germain »
Bien sûr Lio et Aurélie, il y a des femmes dans les rédaction mais elles ne sont ni aux postes de décision, ni dans le fauteuil des animateurs vedette, ni dans celui des chroniqueurs. Soutières de l’info, pas capitaine.

Dans toutes les professions qui se sont féminisées, les femmes qualifiées sont rapidement devenues des « soutières » comme vous le dites si justement. Ensuite, elles se heurtent au fameux plafond de verre.
J’ai connu cela, et ma mère aussi. Mes fille et belle-fille ont commencé à le percer, ce plafond de verre.

Ce que vous décrivez semble montrer que les journalistes femmes commencent à s’agglutiner contre ce plafond : souhaitons qu’elles réussissent à le percer en combinant leurs forces avec les pressions de ceux et celles qui les lisent, les écoutent et les regardent.

Un cas intéressant,mais non-contradictoire quand on s’intéresse à ces processus de féminisation, le cas des femmes reporters ou journalistes d’investigation qui semblent assez nombreuses dans ce groupe de professionnels. Marginalisées (sur le plan géographique, mais pas seulement), parfois nomades, elles ne mettent en cause ni les structures de pouvoir et de décision du média pour lequel elles travaillent, ni la logique perverse du plafond de verre.

Répondre
Olivia 23 août 2011 - 16:36

[quote name= »aurélie
un bémol, et Lio a raison, sur RTL et Europe 1 pas mal de journaux présentés par des femmes
sur Europe 1 par exemple, les journaux du matin sont féminins et ce sont les rendez-vous les plus importants le matin je crois, donc on accorde aux femmes au moins ça
[/quote]
Oui, vous avez raison, on accorde les journaux aux femmes mais alors, rien que les journaux car après l’analyse, le décryptage, l’interview, c’est une affaire d’hommes ! Et les femmes n’ont qu’à se taire.

Répondre
Annie GH 23 août 2011 - 16:40

« Olivia »
Oui, vous avez raison, on accorde les journaux aux femmes mais alors, rien que les journaux car après l’analyse, le décryptage, l’interview, c’est une affaire d’hommes ! Et les femmes n’ont qu’à se taire.

La hiérarchie de valeur est claire 😕 Je me suis toujours demandé si les femmes qui lisent ces bulletins d’infos les rédigent elles-mêmes ? Quelqu’un peut-il m’éclairer ?

Répondre
Olivia 23 août 2011 - 16:52

La hiérarchie de valeur est claire 😕 Je me suis toujours demandé si les femmes qui lisent ces bulletins d’infos les rédigent elles-mêmes ? Quelqu’un peut-il m’éclairer ?
Réponse : oui, bien sûr, et elles y tiennent !

Répondre
Mry 24 août 2011 - 07:22

tu as oublié l’émission du dimanche à 11h sur Europe 1..

Répondre
Lili 24 août 2011 - 12:45

J’écoute l’émission d’Héléna Morna dont vous parlez… Les experts sont des hommes mais aussi des femmes…

En tout cas une chose est sûre : débat nul (mais on peut toujours mettre ça sur le compte du sujet du jour ou des intervenants du jour…) mais surtout animation lente au possible, questions sans profondeur, intervenantes qui se coupent la parole… bref on n’est pas loin de l’incompétence technique alors s’il n’y a que ça comme femmes de radio à Europe1 j’aime autant qu’on les laisse à la rubrique domestique…

Répondre
guermante 27 août 2011 - 14:33

C’est certainement vrai pour ces 2 radios.
Mais je suis frappée par le nombre de femmes journalistes et reporters sur les chaînes TV d’infos continues: LCI, France 24…Et sur tous les sujets.
En revanche pour les panels d’invités, d’experts etc…il y a toujours une majorité d’hommes.

Répondre
SYL20 29 août 2011 - 08:57

« guermante »
Mais je suis frappée par le nombre de femmes journalistes et reporters sur les chaînes TV d’infos continues: LCI, France 24…

Moi aussi, mais je crains que ce soit parce qu’à la TV, on préfère mettre des femmes (jeunes et jolies, vous avez remarqué ?) histoire de faire de l’audimat. Je suis sûr que comme dans d’autres domaines aujourd’hui (chanson, cinéma, téléfilm, émissions de divertissement) les présentatrices de JT ne sont pas choisies QUE pour leurs qualités de journalistes… Il reste à espérer qu’on n’en arrive pas comme en Italie.

Répondre
Lancereaux 8 septembre 2011 - 06:48

Une pensée pour Patricia Alémonière (ortho ??) bléssée hier en Afghanistan !!
Les grands reporter de guerre sont TRES souvent des femmes !!! et si le VRAI débat était d’abord celui des rapports humains et non celui des petites mesquineries politiques et basses luttes de pouvoir ds l’entreprise ??? beaucoup ont de belles réussites professionelles et quid de leurs vies privées ?? les femmes compétentes n’ont pas toujours envie de PROUVER leurs compétences !! c’est une forme de force qui échappe aux hommes !!!

Répondre
Annie GH 8 septembre 2011 - 08:57

« Lancereaux »
Une pensée pour Patricia Alémonière (ortho ??) bléssée hier en Afghanistan !!
Les grands reporter de guerre sont TRES souvent des femmes !!! beaucoup ont de belles réussites professionelles et quid de leurs vies privées ?? les femmes compétentes n’ont pas toujours envie de PROUVER leurs compétences !! c’est une forme de force qui échappe aux hommes !!!

J’ai remarqué, moi aussi, que les grands reporters sont souvent des femmes, souvent très compétentes, et cela me réjouit le cœur 🙂 . Mais je crains que l’analyse que vous en faites renvoie à des stéréotypes. La tentation en est grande, et il m’arrive de tomber aussi dans le panneau.

J’ai passé une bonne partie de ma carrière dans des milieux dits « très » masculins et j’ai pu observer que ce que vous déclarez des femmes compétentes qui « n’[n’aurait] pas toujours envie de PROUVER leurs compétences » est « une forme de force » qui n’échappe pas à de nombreux hommes !!! Certains d’entre eux ne courent pas systématiquement après le pouvoir, ce qui n’empêche pas un grand nombre d’entre eux de faire aussi de belles carrières.

J’y ai croisé aussi des femmes (et j’en fus!) qui, comme certains hommes ont eu « envie de PROUVER leurs compétences » et parfois, c’est plus rare, y ont réussi.

La question qui se pose, pour les hommes compétents comme pour la plupart des femmes compétentes (mais aussi pour d’autres victimes de discriminations), c’est le verrouillage, constitutif du plafond de verre, de l’accès au pouvoir. Ceux qui sont au pouvoir tendent à en réserver l’accès à leur groupe de référence, y compris, souvent, les femmes quand leur référence à la communauté des femmes s’efface devant d’autres appartenances.

Sans l’engagement fort et continu des politiques et des citoyens, hommes et femmes réunis, la situation a peu de chances d’évoluer rapidement.

Répondre
Pilpou 14 septembre 2011 - 07:35

Il aurait été intéressant de mener la même étude dans le paysage de la rentrée littéraire, ou des prix littéraires…
J’ai beau être un homme, je remarque qu’il ya une littérature qu’on « accepte » de la part d’une femme et d’autre pas. preuve en est l’embarras que cause une (jeune) auteur comme Sophie Di Ricci : on insiste toujours sur son sexe, tout ça parce qu’elle parle d’univers « virils », et tout le monde se demande « comment elle fait pour écrire comme un homme »… Les réactions, parfois épidermiques et violentes, à l’encontre de son livre m’ont durablement impressionné.
Radio, livres, au fond, tout média reste un lieu de prestige réservé à un certain sexe…

Répondre

Laisser un commentaire