Accueil MédiasBruits et chuchotements Haine antiféministe

Haine antiféministe

par Isabelle Germain

Assassinat, IVG, « terreur féministe » imaginaire chez Valeurs Actuelles, sexisme ordinaire… La semaine a été particulièrement dure pour les femmes. Récapitulatif non exhaustif

Il y a des semaines comme ça… En fin de semaine dernière des responsables politiques, des responsables d’associations, des prix Nobel, des activistes et des stars se réunissaient à Paris pour faire pression sur les dirigeants du G7 en vue d’une diplomatie féministe. Mais dans la foulée, des coups violents ont fusé. D’abord l’assassinat, en plein Kaboul et en plein jour de la journaliste Mena Mangal. Le retrait prochain des Etats-Unis d’Afghanistan n’étant sans doute pas étranger à un retour en arrière sur les droits humains dans ce pays.

Mais aux Etats-Unis justement, c’est par le droit à l’avortement que les femmes sont violemment attaquées cette semaine. En Georgie d’abord où vient d’être promulguée une loi interdisant l’avortement après environ six semaines de grossesse. Puis pire en Alabama qui l’interdit strictement même en cas de viol et prévoit de 10 à 99 ans de prison pour les médecins qui pratiqueraient l’IVG. De ce côté-ci de l’Atlantique, un collectif  « Avortement en Europe, les femmes décident ! » veut interpeller les candidat.e.s aux élections européennes. « Interdit encore à Malte, sous hautes contraintes en Hongrie et en Pologne », « clause de conscience des médecins comme en Italie » Et il y a plus hypocrite : absence de structures hospitalières, restrictions de personnels, suppressions des centres pratiquant l’IVG un peu partout, signale le collectif qui se réunit le 21 mai.

Terreur imaginaire

Violent mais finalement presque convenu, le magazine d’extrême droite Valeurs actuelles a fait une couverture sur « la terreur féministe ». Oui, « terreur » avec en sous-titre « actions violentes, théorie du genre, PMA, parité, écriture inclusive… Enquête sur une inquisition. » Le magazine met sur le même plan des actions violentes imaginaires (Voir : Pas de femmes ici, violence contre la Barbe) et la parité. Le journal cite nommément des activistes et se montre particulièrement remonté contre les journalistes qui ont le culot de faire passer quelques idées féministes dans leurs rédactions… Une sorte de consécration -effrayante- pour celles qui sont citées. Au milieu des autres horreurs de la semaine, ce journal est simplement pathétique. Après tout, il est de droite extrême, il surpasse son confrère Causeur qui a souvent une longueur d’avance antiféministe.

Ce qui est problématique est de voir que les journaux prétendus progressistes ne font jamais de Une sur la terreur misogyne. Ils pourraient sous-titrer : violence domestique, viol, viol de guerre, anti-Ivg, inégalités salariales, domination politique, sportives discriminées… Mais ces journaux s’abstiennent. L’inertie des médias est la meilleure alliée du sexisme. Il n’y a pas si longtemps, en 2013, L’Express jetait une couv « Femmes, l’arme du sexe » et Le Point lui emboîtait le pas :  « La guerre des sexes est terminée : les femmes l’ont gagnée ! » Et le Nouvel Obs, devenu l’Obs ou Marianne n’ont jamais été en reste. (voir Ces unes qui détestent les femmes). Puisque ces journaux ne le font pas les associations s’y mettent. L’association Les efFRONTé-e-s a répondu à la désinformation de Valeurs Actuelles par une couv parodique « Valeurs Factuelles ».

Aujourd’hui, hors presse de droite extrême, le sexisme est plus feutré, plus sournois. Il se manifeste beaucoup en ce moment autour du Festival de Cannes. Un festival de cinéma qui n’a toujours pas fait sa mue féministe, loin de là. Il a bien tenu ses engagements de transparence sur les chiffres de la mixité (voir A Cannes, comptons les femmes), mais pour la parité il faudra repasser. Et surtout, le délégué général Thierry Frémaux semble penser qu’il est déjà allé bien assez loin sur les concessions faites aux femmes depuis la vague #MeToo. Une pétition venue des Etats-Unis, un communiqué signé Osez le féminisme dénoncent la remise d’une Palme d’or d’honneur à Alain Delon. La pétition lui reproche d’être « raciste, homophobe et misogyne » Le mot d’ordre d’OLF est : « pas d’honneur pour les agresseurs. » Alain Delon a reconnu avoir agressé des femmes et être machiste. « Il y a un an, en 2018, le Festival de Cannes s’engageait contre les violences masculines (…) Un an après, on célèbre un agresseur ? (…) Où sont passées les promesses de ne plus dérouler le tapis rouge aux agresseurs, aux hommes violents contre les femmes, à tous ceux qui utilisent leur gloire pour faire oublier les violences qu’ils commettent en toute impunité ? » demande l’association. Thierry Frémaux évacue le problème d’un revers de main, pour lui Alain Delon « a le droit de penser ce qu’il pense. »

Dans la presse il y a plus sournois pour dévaloriser les femmes : évoquer en creux une présomption d’incompétence. Patrick Cohen l’a fait par exemple à l’antenne d’Europe1. Demandant à ses invités pourquoi ils défendaient trois films de femmes, il lance : « ils sont à Cannes parce que ce sont de bons films ou parce qu’il faut féminiser la sélection et qu’Agnès Varda est sur l’affiche ? » (ici vers la 26ème minute). Il est loin d’être le seul à poser ce genre de questions.

Et pour terminer sur la responsabilité des médias dans la persistance du sexisme, un exemple de traitement journalistique plus ou moins féministe. Un même sujet, trois titres différents. LInkedIn a étudié les interactions employeurs / candidat.e.s en les comparant selon le sexe des candidats. Chez Capital ça donne : « Pourquoi les femmes ont plus de chances d’être embauchées que les hommes ». Dans l’Express : « Recrutement : les femmes postulent moins mais ciblent mieux » . Et chez nous, dans Les Nouvelles News « Les employeurs s’intéressent moins aux candidates qu’aux candidats ». :  Les trois sont excessifs (normal, ce sont des titres), les trois sont exacts (quoi que, Capital…).

Alors quid de l’objectivité en journalisme ? Le simple choix de la hiérarchie des sujets est subjectif, le choix des angles est subjectif. Un journal ne peut prétendre à l’objectivité mais à l’honnêteté en affichant une ligne éditoriale claire. Dans Les Nouvelles News, nous éclairons l’actualité par le prisme de l’égalité F/H. Nous pointons les discriminations et les sujets qui avancent. C’est un point de vue clairement revendiqué. Quel est le point de vue revendiqué par les médias qui infusent le sexisme ordinaire ?

Laissons le mot de la fin à Laurence Parisot, l’ex-présidente du Medef qui réagissant à la Une de Valeurs Actuelle twitte : « Détestable ignorance de l’essence même du combat féministe. Dans tous les milieux, à tous les échelons les femmes sont ignorées, ridiculisées ou minimisées. Discréditer l’engagement féministe est destructeur pour la société entière. »

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

HECQ Françoise 25 mai 2019 - 17:13

Je suis intéressée mais votre hexagonalisme bien connu, même chez certaines féministes de chez vous,me permettra-t-il, de vous rejoindre, sans trop de difficultés?

Répondre

Laisser un commentaire