Accueil Eco & Social Happening pour un plan de relance féministe mondial : #StopTalkingStartFunding

Happening pour un plan de relance féministe mondial : #StopTalkingStartFunding

par Isabelle Germain

Des ONG féministes ont embarqué sur une péniche, direction Bercy pour que l’économie finance enfin l’égalité des sexes. Chacun.e peut appeler son chef d’Etat à consacrer 0,1% du PIB de son pays à la lutte contre les violences.

                                                                                                                                                                                                                                     ©IG-LNN

Emmanuel Macron aurait-il mené les femmes en bateau avec la grande cause nationale du quinquennat ? A la veille du Forum Génération Egalité qui se tiendra à Paris du 30 juin au 2 juillet, plusieurs ONG et organisations féministes ont décidé ce mardi matin d’embarquer sur une péniche et de mettre le cap sur Bercy pour dire que la seule façon d’agir vraiment est de mettre en place une politique économique féministe. Il pleut sur Paris au moment d’embarquer au pied de la Tour Eiffel mais les banderoles sont bien visibles sur la péniche : « Emmanuel Macron, moins de paroles, plus de financements pour l’égalité femmes/hommes » et cette mention #StopTalkingStartFunding arrêtez de parler, commencez à financer.

Car l’idée de politique économique féministe passe toujours très au-dessus de la tête de ceux qui gouvernent et de leurs conseillers malgré les multiples appels (Lire : LE RAPPORT TIROLE-BLANCHARD FAIT L’IMPASSE SUR UNE RELANCE FÉMINISTE)

                                                                                         ©IG-LNN

Pourtant les arguments ne manquent pas. Les représentantes des ONG organisatrices de la manifestation les ont résumés pendant le temps de trajet qui séparait la Tour Eiffel de Bercy : mieux financer le travail domestique et organiser la société de telle sorte que les hommes participent aux tâches familiales et domestiques autant que les femmes, financer la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, favoriser l’insertion professionnelle des femmes dans les « secteurs d’avenir » et élargir cette notion aux métiers considérés comme « féminins », cesser de financer les entreprises qui ne respectent pas les lois sur l’égalité professionnelle… La question de la domination économique des femmes par les hommes étant liée à celle de la violence sexiste et sexuelle. Sans possibilité d’indépendance économique, les femmes sont vulnérables.

Cécile Duflot, directrice générale d’Oxfam France a rappelé que « la crise du Covid a fait perdre plus de 30 ans aux progrès réalisés ces dernières décennies en matière d’égalité femmes-hommes. Depuis le début de la pandémie, dans le monde, 64 millions de femmes ont perdu leur emploi, 47 millions de femmes ont basculé dans l’extrême pauvreté à cause de la pandémie. En France, un tiers des femmes ont vu leur activité professionnelle s’arrêter. » Et de renouveler l’appel lancé il y a quelques semaines.

Lire : POUR UNE POLITIQUE ÉCONOMIQUE FÉMINISTE, DE NOUVEAUX APPELS

Anne-Cécile Mailfert, la présidente de la Fondation des Femmes souligne l’aggravation de la précarité et de la pauvreté des femmes. Et note le paradoxe : «Alors que les métiers féminins sont clairement apparus essentiels, ils ont aussi été les plus touchés par la crise. Par exemple on compte 26 % d’offres d’emploi en moins de caissières, leur travail a été automatisé. Et 30 % de moins d’offres pour des postes de personnel de nettoyage.  Bercy met 100 milliards d’euros pour des secteurs d’avenir mais les secteurs qui emploient beaucoup de femmes restent sous leurs radars. Elles ne sont que 16 % à travailler dans les technologies vertes »

Lire : APPELS À UN PLAN DE RELANCE POUR L’ÉGALITÉ DES SEXES

De même, font remarquer les représentantes du mouvement des femmes de chambres de l’Ibis Batignolles, quand il s’agit de définir la pénibilité des métiers, les femmes sont encore en dessous des radars. Sur les métiers majoritairement exercés par des femmes la pénibilité n’est pas prise en considération dans le calcul des retraites. Même si elles portent des charges lourdes et font des gestes répétitifs qui leur causent très vite des soucis de santé… 

Lire : VICTOIRE DES EMPLOYÉES DE L’IBIS BATIGNOLLES CONTRE LE TRAVAIL PRÉCAIRE DES FEMMES

L’actrice Julie Gayet, Marraine de la Fondation des Femmes depuis ses débuts rappelle que depuis cinq ans le mot d’ordre de la fondation est « maintenant on agit » et pour agir il faut de l’argent. De l’argent pour les associations, pour un système police-justice efficace contre les violences sexistes et sexuelles et aussi pour les femmes qui entreprennent. Pourquoi, selon les chiffres de Sista, les entreprises créées par des femmes ne bénéficient-elles que de 2% des investissements dans les start-ups ?

Lire PAS D’ARGENT POUR LES ENTREPRISES DES FEMMES

Pour Eva Sadoun, entrepreneure et activiste, les gouvernements n’agissent pas, ils font du « legal washing ». Ils produisent, à grand renfort de communication, des lois qu’ils n’appliquent pas ou mal ou qui sont à côté de la plaque.

Alors en France, comme dans tous les pays, les femmes appellent les Etats à s’engager dans une politique économique féministe. Fouzia Assouli, Présidente de la Fondation des Femmes de l’Euro-Méditerranée, insiste : « Cela fait 26 ans que les organisations féministes attendent une conférence mondiale des femmes. Beaucoup d’Etats conservateurs le refusent. Demain nous voulons que les Etats sortent avec des décisions concrètes pour davantage de financements pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes. » Aujourd’hui, une femme sur trois est ou sera victime de violence rappelle-t-elle. Alors il est urgent depuis longtemps de pousser les Etats à agir.

Et ça ne se passera pas seulement au Forum. Avec #StopTalkingStartFunding, porté par le collectif Générations Féministes et Nous Toutes, tout le monde peut interpeller les chef-fes d’Etat pour leur demander de consacrer 0,1 % du PIB  de leur pays à la lutte contre les violences de genre (soit 2 milliards d’euros pour la France).   En cliquant ici : https://www.stoptalkingstartfunding.org/interpellez-votre-chef-fe-d-etat/

Lire aussi : 

LE FORUM GÉNÉRATION ÉGALITÉ POUR DES ENGAGEMENTS FÉMINISTES MONDIAUX

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com