Accueil Politique & SociétéElections 2022 Harcèlement, pensions alimentaires : Valérie Pécresse en mode féministe

Harcèlement, pensions alimentaires : Valérie Pécresse en mode féministe

par Isabelle Germain

« La loi du silence, c’est fini » : cette sortie féministe de la candidate a été bien plus remarquée que ses propos  en faveur d’une réforme de la fiscalité des pensions alimentaires, actuellement défavorable aux femmes.

La lutte contre le harcèlement sexuel va-t-elle supplanter d’autres sujets dans la campagne présidentielle ? Il semblerait en tout cas que la thématique serve l’image de la candidate Les Républicains (LR) Valérie Pecresse qui a choisi de s’emparer du sujet dès le début d’une nouvelle émission politique de BFMTV, « La France dans les yeux », mardi 18 janvier. Une émission présentée par Jean-Jacques Bourdin, visé par une enquête ouverte par le parquet de Paris, quelques jours auparavant, pour des accusations d’agression sexuelle. (Une journaliste, qui a travaillé avec lui, l’accuse de faits tristement banals dans le milieu du journalisme. Lors d’un déplacement professionnel, il aurait tenté de l’embrasser, elle se serait débattue, Jean-Jacques Bourdin aurait alors dit « J’obtiens toujours ce que je veux ». Puis il lui aurait envoyé « pendant plusieurs mois des mails et des SMS insistants ».)

Valérie Pécresse avait conditionné sa participation à l’émission à un préambule sur le sujet. Alors dès le début, à Uzerche, en Corrèze, lieu qu’elle avait choisi pour cette émission, elle s’est lancée : « J’aurais voulu dire quelques mots. Je me suis vraiment posé la question de venir ce soir Elle a pris les précautions d’usage assurant que c’est bien sûr à la justice de trancher : « je respecte la présomption d’innocence à laquelle chacun de nos compatriotes a le droit. » Mais… « Mais très clairement ces accusations, si elles sont avérées, sont graves et doivent être condamnées » a-t-elle ajouté affirmant que le combat contre le harcèlement sexuel et les violences faites aux femmes était « un combat personnel. Et trop longtemps la société a regardé ailleurs, « a fermé les yeux » et « trop de femmes ont eu peur de porter plainte ». Alors affirme-t-elle, « Présidente de tous les Français, je ne laisserai aucune femme avoir peur de porter plainte. La loi du silence c’est fini » Jean-Jacques Bourdin a répliqué qu’il avait décidé « de ne pas [s]’exprimer à ce sujet ». « Mais je conteste les faits rapportés par la presse et je laisse la justice faire son travail » a-t-il affirmé

Bien-sûr, sur les réseaux sociaux, beaucoup ont rappelé que Valérie Pécresse avait apporté son soutien à Georges Tron -l’ex-maire de Draveil finalement condamné- au début de la procédure judiciaire engagée contre lui. C’était avant #MeToo. (lire Tron condamné, fresque sexiste décrochée : nouvelles décisions de justice).

Mais Valérie Pécresse a envoyé un autre signal féministe en se prononçant en faveur d’une autre fiscalité pour les pensions alimentaires « Je souhaite que les pensions alimentaires versées soient défiscalisables par les deux parents. On ne peut pas dire soutenir les familles monoparentales sans cette mesure. » La candidate veut s’attaquer à une disposition fiscale sexiste. Le montant de la pension alimentaire se déduit du revenu imposable du parent non gardien… mais alourdit le revenu imposable du parent gardien et peut lui faire perdre le droit à certaines aides. Le parent gardien paie les impôts du non gardien en quelque sorte… Et le parent gardien est souvent la mère qui paie ainsi des impôts à la place de son ex-conjoint… (lire : Non-paiement des pensions alimentaires : et si l’impôt était problématique ?)  Cette déclaration de la candidate a eu moins de retentissement que son entrée en fanfare sur les accusations visant le journaliste de BFMTV. Elle est pourtant un gage de politique féministe.

Cependant, comme le fait remarquer le « Collectif Abandon de Famille – Tolérance Zéro! »,  pourquoi maintenir la niche fiscale pour le parent débiteur ? La logique voudrait que, soit  les deux parents puissent déduire les charges liées à l’enfant, soit aucun. 

Lire aussi dans Les Nouvelles News

PARITÉ PLUS QU’APPROXIMATIVE DANS L’ÉQUIPE PÉCRESSE ET ENGAGEMENTS

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire