Accueil SociétéLGBTI+ Homoparentalité, travail des femmes, solidarité : les Français de moins en moins traditionalistes

Homoparentalité, travail des femmes, solidarité : les Français de moins en moins traditionalistes

par Arnaud Bihel

« L’opinion est sur le point de basculer en faveur de l’homoparentalité ». C’est la principale observation du CREDOC(1) dans  son enquête annuelle « Modes de vie et aspirations ». L’organisme constate que les attitudes des Français en matière de moeurs sont de moins en moins traditionalistes. Et qu’une grande majorité est attachée aux valeurs de solidarité.


En 2010, près de la moitié des Français (48 %) estiment que deux personnes de même sexe devraient pouvoir adopter un enfant. Ils étaient 40 % en 2007. C’est chez les sexagénaires que le point de vue en faveur de l’homoparentalité a le plus évolué.

Le mariage civil entre homosexuels est accepté par 61 % des personnes interrogées – c’est 6 points de plus qu’en 2007. Sur cette question, ce sont surtout les 40-60 ans qui ont évolué au cours des dernières années.

Sur ces deux aspects, le regard des Français « évolue rapidement ces dernières années », constate donc le CREDOC. Conclusion corollaire : le traditionalisme recule. Une évolution qui se retrouve aussi dans « le long chemin parcouru dans l’opinion au sujet du travail des femmes ». Dans les années 80, seuls 28% des ruraux estimaient que les femmes pouvaient travailler dans tous les cas où elles le désirent (même si elles ont des enfants en bas âge ou un conjoint gagnant suffisamment). Il sont aujourd’hui 62%, plus si loin des habitants des grandes agglomérations, favorables à 70 %.

Au delà des considérations familiales, l’étude révèle aussi un attachement en France « aux valeurs de solidarité, à l’État Providence et à l’aide en faveur des plus démunis ».

A l’égard des personnes vivant dans la pauvreté, 29% des personnes interrogées estiment qu’elles « n’ont pas fait assez d’efforts pour s’en sortir ». Mais pour 66%, c’est parce qu’elles n’ont pas eu de chance. Et 60% estiment que les pouvoirs publics ne font pas assez pour les plus démunis.

Il faut dire que de nombreux Français apparaissent eux-mêmes comme démunis : aujourd’hui, 13 % des personnes interrogées par le CREDOC disent s’imposer régulièrement des restrictions budgétaires en matière de soins médicaux. Elles n’étaient que 3% il y a 30 ans.

(1) Centre de recherches pour l’étude et l’observation des conditions de vie.

Enquête annuelle réalisée auprès d’un échantillon représentatif de 2 000 personnes interrogées en face-à-face.

Lire l’enquête en intégralité (4 pages) : http://www.credoc.fr/pdf/4p/231.pdf


A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire