Accueil Sport Plus de barrière de genre sur le 50 km marche

Plus de barrière de genre sur le 50 km marche

par La rédaction
50 km marche Taylor_Talcott
50 km marche Taylor_Talcott

Erin Taylor-Talcott, USTAF

Pour la première fois, la Fédération internationale d’athlétisme organise une épreuve de 50 km marche ouverte aux femmes. Conséquence, notamment, du combat de l’athlète états-unienne Erin Taylor-Talcott.


 

Pour la première fois, des femmes participeront au championnat du monde de 50 km marche par équipes, fin avril à Rome. La Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) l’a annoncé lundi 11 avril. Le règlement de l’épreuve romaine a été amendé, « avec effet immédiat », afin qu’elle soit également ouverte aux femmes.

Le président de l’IAAF, Sebastian Coe, salue « un des derniers grands pas pour assurer des conditions de compétition égales pour les hommes et les femmes ». C’est en août 2015 que la fédération avait modifié ses règles de compétition pour enfin ajouter le 50 km marche féminin à la « liste des épreuves à records du monde ». Mais l’épreuve de Rome sera la première à concrétiser cette décision. La course sera mixte, mais l’IAAF annonce qu’elle organisera par la suite des compétitions de 50 km marche séparées pour les femmes.

Cette décision suite à l’action menée depuis 2014 par la marcheuse états-unienne Erin Taylor-Talcott. « C’est un pas tellement important et formidable pour les droits des femmes et pour les marcheuses de compétition partout dans le monde », a-t-elle commenté dans un communiqué du cabinet d’avocats qui la représente.

En 2014, Erin Taylor-Talcott avait d’abord obtenu de la Fédération états-unienne d’athlétisme (USATF) l’égalité des primes entre les femmes et les hommes. En mai 2015, avec sa compatriote Susan Randall, elle avait participé au Chili à la première épreuve féminine internationale de 50 km marche. « Pendant la course, tout au long du parcours, des gens du monde entier nous encourageaient, Susan et moi, comme si nous étions leurs compatriotes (…) C’était un rêve devenu réalité », se souvient-elle.

Pour rendre la réalité plus concrète encore, elle avait alors saisi l’IAAF pour que l’ensemble des courses officielles soient désormais ouvertes aux femmes. Et a donc obtenu gain de cause moins d’un an après. Reste une étape : convaincre le Comité international olympique d’inscrire le 50 km marche pour les femmes au programme des JO. L’épreuve olympique sur cette distance est ouverte aux hommes, et uniquement aux hommes, depuis 1932.

Jusqu’aux années 1980, les femmes étaient interdites dans les compétitions sur des distances de plus de 1 500 m. Le premier marathon olympique féminin s’est couru à Los Angeles en 1984. Le documentaire Free to Run, ce mercredi dans les salles, rappelle d’ailleurs le combat des femmes pour le droit de courir.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Elles aussi veulent courir le Tour de France

Les footballeuses championnes du monde portent plainte pour discrimination

Carli Lloyd, meilleure joueuse 2015 (mais pas Ballon d’or)

Le handball féminin privé de cadeau fiscal : discrimination ?

 

Laisser un commentaire