Accueil Eco & SocialBien-être et richesses Inégalités en France : un retour aux années 80

Inégalités en France : un retour aux années 80

par Arnaud Bihel
tableau

10 % de la population ont un niveau de vie inférieur à D1, 20 % à D2, etc. C95 : 5% de personnes les plus aisées

Toujours plus de pauvres, notamment des enfants, et des riches de plus en plus riches. L’indice des inégalités n’a pas été aussi mauvais en France depuis la fin des années 1980.


C’est un sombre constat, mais pas vraiment surprenant, que dresse l’INSEE dans son enquête sur « les niveaux de vie en 2010« , publiée vendredi 7 septembre.
La pauvreté continue de progresser en France, observe l’institut statistique. Elle concerne 8,6 millions de personnes, soit 14,1 % de la population contre 13,5 % en 2009. Tandis que le niveau de vie médian a diminué de 0,5 % en un an. Il faut remonter à 2004 pour enregistrer un tel recul, observe l’INSEE.

Cette hausse de la pauvreté affecte davantage les familles monoparentales et les couples avec enfants. Et donc tout particulièrement les enfants eux-mêmes : le taux de pauvreté des moins de 18 ans atteint 19,6 %, en hausse de 1,9 point. Les enfants contribuent pour près des deux tiers à l’augmentation du nombre de personnes pauvres. Déjà, en juin, l’UNICEF signalait une « tendance inquiétante » de la pauvreté des enfants en France. La ministre des Affaires sociales a promis de s’attaquer à cette situation.

Inégalités record

« Une lente tendance à l’augmentation de la pauvreté en France depuis 2004 » : c’est le constat que dressait en mars l’Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale (ONPES).
L’INSEE note aujourd’hui que la dégradation des niveaux de vie en 2010 a touché « quasiment toutes les catégories de population ». Seule une frange est épargnée : les 5% les plus riches. Leur niveau de vie a progressé de 1,3 % en euros constants, « à contre-courant du reste de la population ».

Conséquence de cette situation, l’indice de Gini augmente fortement. Ce marqueur reconnu (plus il est élevé, plus il témoigne d’inégalités) est passé en un an de 0,290 à 0,299. Si l’INSEE ne le souligne pas, l’indice de Gini revient ainsi à son pire niveau depuis la fin des années 1980. En décembre 2011, l’OCDE observait que les inégalités ont globalement empiré en Europe depuis 25 ans. En France, après des années de baisse, elles sont reparties à la hausse surtout depuis 10 ans.

L’INSEE note que c’est « par le haut » que s’effectue cette amplification des inégalités en France : entre 1996 et 2010, le niveau de vie moyen des 10 % de personnes les plus aisées a augmenté d’environ 2,1 % par an en moyenne, contre 1,4 % pour le niveau de vie moyen de l’ensemble de la population.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Inégalités record dans les pays riches

La pauvreté en France, des tendances « préoccupantes »

Le gouvernement biaise-t-il les chiffres de la pauvreté ?

3 commentaires

cih 7 septembre 2012 - 09:56

J’aurais bien aimé, outre le classique paragraphe sur les « familles monoparentales (femmes élevant seules leur-s enfant-s), une analyse un peu poussée sur la féminisation de la pauvreté. Car ici ne sont abordées que la hausse des inégalités sociales. En lisant un terme aussi générique que inégalités en France, j’avais vraiment pensé voir un panorama de l’évolution des différentes inégalités, sociales, mais aussi de genre (etc).
Bref, je trouve que cet article ne fait pas beaucoup d’approche intégrée de l’égalité (gender mainstreaming), pour parler barbare, pour un sujet qui pourtant s’y prête très bien.
Parmis les pauvres, combien de pourcentage d’hommes, de femmes, d’enfants filles, garçons? Qui sont les moins pauvres de pauvres, qui sont les plus pauvres des pauvres? Quelle évolution pour ces catégories respectives? L’augmentation de la pauvreté a-t-elle été plus importante pour une catégorie de genre particulière?

Répondre
arnaudbihel 7 septembre 2012 - 10:13

« cih »
J’aurais bien aimé (…) une analyse un peu poussée sur la féminisation de la pauvreté.

Je comprends votre critique, mais le fait est que l’objet de cet article est l’étude de l’INSEE, qui ne propose pas d’approche genrée. Globalement, d’ailleurs, les statistiques en France manquent d’analyse de genre. Le ministère des Droits des femmes entend justement travailler pour changer cela. Vous pourrez toutefois retrouver sur notre site de nombreux articles relatifs à la féminisation de la pauvreté – comme le travail partiel, les inégalités salariales, le chômage, les retraites… Et nous y reviendrons souvent. A signaler aussi, le panorama des « inégalités en France » publié ce mois-ci par Alternatives Economiques, qui consacre plusieurs pages à la situation des femmes : http://www.alternatives-economiques.fr/les-inegalites-en-france_fr_pub_1159.html

Répondre
cih 7 septembre 2012 - 17:13

« arnaudbihel »
A signaler aussi, le panorama des « inégalités en France » publié ce mois-ci par Alternatives Economiques, qui consacre plusieurs pages à la situation des femmes : http://www.alternatives-economiques.fr/les-inegalites-en-france_fr_pub_1159.html

merci pour l’info.

Répondre

Laisser un commentaire