Accueil Revue de presse Info-égalité de l’été, revue de presse

Info-égalité de l’été, revue de presse

par La rédaction

Que s’est-il passé pendant la fermeture des Nouvelles News sur le front de l’égalité femmes / hommes ? Des avancées, des reculades, des appels. Et beaucoup de tristesse avec la mort de deux militantes dont l’intelligence et la sororité ont éclairé le mouvement féministe.

Augmentation du petit budget consacré aux Droits des femmes annoncée pour 2022. 25 % de pas grand-chose, ça ne fait pas grand-chose mais « c’est toujours ça de pris » ont dit les associations qui appellent le gouvernement à augmenter aussi les budgets que les ministères de la Justice, de l’Intérieur, du Logement, de l’Education… devraient consacrer à l’égalité femmes / hommes. Le budget du ministère en charge des Droits des femmes est porté à 50,6 millions d’euros (Lire dans Ouest-France) (Lire aussi dans LNN : Grande cause nationale, petit budget

Condamnation de la RATP pour discrimination sexuelle. Une ingénieure à la retraite qui avait vu sa carrière entravée pour des raisons sexistes avait été déboutée par les prud’hommes en 2018 mais  la cour d’appel de Paris, dans un arrêt du 7 juillet, condamne la RATP à réparer le préjudice économique et moral et dénonce la violation des accords sur l’égalité professionnelle. (lire dans Le Monde) (Lire aussi dans LNN: Contre les discriminations, la CGT passe à la (class) action)

Appel à la parité au sommet de l’économie. Le 17 juillet, dans une tribune publiée dans le JDD, La délégation aux droits des femmes du Sénat appelle à aller plus loin dans le respect de la parité dans les entreprises françaises

« Notallmen » : A Troyes un mot de passe anti-relous. Un premier bar a signé un engagement avec le collectif féministe troyen La Baaf. Si une cliente demande une bière « notallmen » (le cri de défense des hommes), les responsables du bar s’engagent « à réagir au harcèlement ». Draguer, pourquoi pas, harceler non ! A lire dans L’Est-Eclair

Aux Jeux Olympiques de Tokyo, encouragements et déceptions. Si les femmes ont massivement participé aux JO, leur médiatisation a parfois laissé à désirer. Madame Figaro se réjouissait de voir 49 % de femmes parmi les athlètes : JO 2020 de Tokyo, premiers Jeux de l’histoire à respecter la parité hommes-femmes . Mais quand l’équipe féminine de Handball a remporté la médaille d’or, le quotidien l’Equipe n’a pas daigné consacrer sa Une à cette victoire historique alors qu’il l’avait fait pour l’équipe masculine. Le Huffington post a noté la déception de la très douée gardienne des Bleues, Cléopatre Darleux. Mais sur les réseaux sociaux, ce sont toutes les sportives et leurs supporters et supportrices qui déploraient la même chose.

 A l’église, le collectif féministe « Toutes apôtres! » demande une commission indépendante pour améliorer la place des femmes dans l’Eglise. (lire sur BFM TV)

Destitution de deux imams exerçant en France. L’un s’en était pris aux femmes qui montrent leurs corps sur les réseaux sociaux, l’autre avait « expressément ordonné aux femmes musulmanes de se soumettre strictement à leur mari, en les enjoignant d’obéir au doigt d’Allah et à ceux de leur époux »… les deux imams ont été démis de leurs fonction annonce Le Figaro

Au Brésil, dans les villes dirigées par des femmes,  43,7 % de décès dus au Covid en moins. Une vaste étude menée par des chercheurs des universités de Sao Paulo et de Barcelone, ainsi que par l’Insper le démontre. BBC News Afrique y consacre un long article.

 Le 1er août, dans une interview au Parisien, Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin annonce le traitement prioritaire des plaintes pour violences conjugales,  , ainsi que la mise en place d’un officier spécialisé dans ces violences dans chaque commissariat et chaque brigade de gendarmerie. La dernière « étude nationale sur les morts violentes au sein du couple », fait état de 102 femmes – et 23 hommes – qui ont perdu la vie en 2020 dans ces circonstances.  146 féminicides avaient été recensés en 2019 Mais les mesures annoncées « ne convainquent pas » signale 20 minutes

Pourquoi si peu d’hommes lisent-ils des livres écrits par des femmes ? C’est la question posée par The Guardian et reprise dans Courrier International. Et la réponse se résume à du sexisme ordinaire.

Accusé de harcèlement sexuel par plusieurs femmes, le gouverneur de l’Etat de New York, Andrew Cuomo, a annoncé sa démission une semaine après un rapport accablant. A lire par exemple dans l’Obs

 Hommages à deux grandes dames

Marie-Paule Grossetête

Marie-Paule Grossetête. Le décès brutal de Marie-Paule Grossetête, le 10 juillet, a plongé la planète féministe dans une profonde tristesse. Impliquée dans de nombreux mouvements, elle a notamment été porte-parole de l’association Osez le féminisme ! 13, Membre de l’association Femmes Solidaires Marseille, Coprésidente de la Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes (CLEF).  Professeure honoraire en classes préparatoires aux grandes écoles, elle soutenait de nombreuses initiatives féministes -dont l’Association des Ami.es des Nouvelles News- et participait aux actions de Femmes & Sciences. Très active au sein du Collectif féministe Forum Génération Egalité, elle avait participé, à l’Elysée, au lancement de la manifestation quelques jours avant sa mort. C’est avec beaucoup d’émotions que ses amies de différents mouvements ont salué cette formidable militante. « Je ne l’ai vue que donner, coopérer, transmettre, encourager, accueillir. Marie-Paule si solaire, si bienveillante, si brillante aussi. Elle était sororité, et même face aux difficultés de la lutte, elle était digne, prenait de la hauteur, mettait du lien, en restant toujours courageuse dans la défense de ses convictions. C’était une femme incroyable, une féministe géniale, une amie, et je me retrouve tellement démunie de ne plus pouvoir lui dire. Tu vas me manquer… » écrivait Céline Pique Porte-parole d’Osez le féminisme ! Une pluie de femmages à lire notamment ici.

Claudine Hermann. Par Morinsan

Et, le 17 juillet, Claudine Hermann s’est éteinte. Physicienne de renom, première femme professeure à l’École polytechnique, ancienne élève de l’ENS, elle se battait pour ouvrir en grand les portes des sciences aux femmes. Co-fondatrice en 2000 de l’association Femmes & Sciences dont elle sera la première présidente, puis présidente d’honneur, elle a aussi participé à la création, en 2005, de la Plateforme européenne des femmes scientifiques (EPWS). Engagée dans la lutte contre les stéréotypes qui éloignent les femmes de la science et contre les stéréotypes sexistes en général, elle participait au déploiement des Nouvelles News. Ses ami.es de Femmes& sciences écrivent : « Claudine était disponible, d’humeur égale, bienveillante et animée d’une volonté de créer une atmosphère amicale et détendue, cela sans dévier de ses objectifs. Précieuse personne ressource, elle était appréciée de tou·tes. » Un hommage dans Le Monde lui est rendu par ses amies  de la Plate-forme européenne des femmes scientifiques Colette Guillopé et de Femmes & Sciences, Isabelle Pianet.

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com