Accueil MédiasBruits et chuchotements Jamais sans elles, sauf si j’oublie

Jamais sans elles, sauf si j’oublie

par Isabelle Germain

À la Cité de la réussite samedi et dimanche dernier, peu de femmes parmi les intervenants. Et quelques signataires de #JamaisSansElles sur des tables rondes 100 % masculines.


Lorsque Tatiana F. Salomon et Natacha Quester-Semeon, les initiatrices du mouvement #JamaisSansElles, demandent à des hommes connus de se joindre au groupe, ils refusent rarement. L’idée est sympathique et leur donne une bonne image de gentleman. Ces messieurs, habitués des interventions en public, doivent s’engager à ne plus participer à des panels entièrement masculins. Le problème est que certains de ces gentlemen ont la mémoire courte, voire très courte.

Dès la semaine qui avait suivi le lancement de #JamaisSansElles en janvier 2015 (Voir : #JamaisSansElles : le boycott des panels 100% masculins s’organise), Benoît Thieulin, alors président du Conseil national du numérique, avait participé à une table ronde 100% hommes… mais il avait commencé son intervention par une remarque sur l’absence de femmes. Et quelques mois plus tard, c’est Alexandre Jardin qui était frappé d’amnésie (Voir : Quand Alexandre Jardin, figure de #JamaisSansElles, ne cite que des hommes)

Lors de la Cité de la réussite qui se tenait samedi 18 et dimanche 19 novembre à la Sorbonne à Paris, sur 45 tables rondes, 17 ne comptaient aucune femme. Et dans ces 17, au moins trois signataires de #JamaisSansElles : Gilles Babinet, Jacques Attali et Alain Juppé. Gilles Babinet a fait acte de contrition sur Twitter…

Ironie du sort, le thème de cette manifestation était cette année « la transmission ». Transmission du mépris des femmes ?

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

09 Aziza 20 novembre 2017 - 17:19

Les femmes ne sont juste pas « pensées » ou intégrées dans la conception de réunions sur un thème. Nous n’existons pas. Nous sommes des gadgets qu’on met au compte-goutte pour « faire style ». navrant.

Répondre

Laisser un commentaire