« Je suis suspecté d’harceler. Mais on ne soupçonne pas une fille d’aguicher »

par Arnaud Bihel

Accusé de harcèlement sexuel, Eric Raoult cherche à diluer les responsabilités. Et ce n’est pas la première fois que l’élu met en cause les tenues « provocantes ».


 

Elle l’a cherché. C’est en substance la ligne de défense d’Eric Raoult, accusé de harcèlement sexuel par une ancienne collaboratrice. Le maire UMP du Raincy ne nie pas avoir inondé la jeune femme de textos, mais se justifie dans la presse. Au Parisien, Eric Raoult explique avoir eu un « coup de coeur », provoqué par l’effet de la chirurgie esthétique : « Entre le moment où elle a été engagée et le moment où je l’ai rencontrée, elle a fait refaire sa poitrine et sa physionomie a changé ».

Et interrogé par L’Express, l’élu va plus loin : « Elle n’hésitait pas à montrer son corps. Moi, je suis suspecté d’harceler. Mais on ne soupçonne pas une fille d’aguicher ».

Les viols ? « Quand un certain nombre de petites jeunes filles ont pu laisser croire des choses »

Malaise. Ce retournement des responsabilités est un classique. A l’été 2012, lors de la discussion de la loi sur le harcèlement sexuel, l’intellectuel Alain Gérard Slama se lamentait d’être « terriblement harcelé » par les robes courtes dans les rues.

Eric Raoult, par ailleurs, n’en est pas à son coup d’essai dans son combat contre les aguicheuses. Début 2013, il avait été relaxé dans un procès pour violences conjugales intenté par son épouse. Il avait reconnu l’avoir insultée, lui reprochant de s’habiller « comme une salope »

Et en 2006 il s’en était pris sur LCI aux tenues « provocantes » de certaines adolescentes, en allant très loin : « Les viols et les tournantes ne se passent pas par moins 30° mais surtout quand il fait chaud et quand un certain nombre de petites jeunes filles ont pu laisser croire des choses. »

 

Partager cet article

1 commenter

09 Aziza 20 mars 2014 - 13:38

Comment se fait il que ce Monsieur ne comprenne pas qu’il est responsable de ses ACTES?
On ne lui demande pas de ne pas se sentir attiré par les femmes, on lui demande de ne pas les harceler.
Car harceler veut dire faire pression alors que l’autre ne consent pas. Est ce clair ?
Par ailleurs, si on s’en réfère aux statistiques sur le viol au Canada et en Finlande, il y a, hélas, des viols par moins 30°….

Répondre

Répondre à 09 Aziza Annuler la réponse