Accueil International Joe Biden veut nommer une femme noire à la cour suprême des Etats-Unis

Joe Biden veut nommer une femme noire à la cour suprême des Etats-Unis

par La rédaction

Elle serait la première femme noire  à atteindre le sommet du pouvoir judiciaire aux Etats Unis. Cette nomination devra être enterinée par le Sénat.

« Les femmes Noires vont enfin pouvoir écrire l’Histoire » se sont enthousiasmées plus de 100 dirigeantes noires pour remercier le président des Etats Unis, Joe Biden, de s’engager à nommer une femme noire à la Cour suprême. Ce serait la première fois qu’une femme noire siègerait au sommet du pouvoir judiciaire aux États-Unis !

Le juge progressiste Stephen Breyer, 83 ans, l’un des neuf juges de la Cour suprême des Etats-Unis a annoncé qu’il quittait ses fonctions. Immédiatement, le président Joe Biden a pris une décision ferme : « Alors que j’étudie les antécédents et les écrits des candidats, je n’ai pris aucune décision, sauf une : la personne que je nommerai sera quelqu’un qui possède des qualifications, un caractère, une expérience et une intégrité extraordinaires. Et cette personne sera la première femme noire jamais nommée à la Cour suprême des États-Unis » a-t-il déclaré. « Cela aurait dû être fait depuis longtemps, à mon avis » a-t-il ajouté. Le premier homme noir, Thurgood Marshall, avait fait son entrée à la Cour suprême en 1967. Et sur les 115 juges ayant siégé depuis que la Cour suprême existe, on ne compte que cinq femmes.

La lettre des femmes noires influentes se félicite que « le leadership de notre démocratie reflète une diversité d’expériences vécues aux plus hauts niveaux. » Elle insiste : « La nomination d’une femme noire dotée de la compassion nécessaire, du sens de la justice et d’un brillant esprit juridique renforcera l’intégrité de la Cour suprême en apportant un équilibre qui garantira que la Cour est plus représentative de tous les Américains »

Quel que soit le choix du président des Etats-Unis, l’institution restera à majorité conservatrice. Donald Trump a, en effet nommé in extremis, avant de quitter ses fonctions, la juge Amy Coney Barrett ultra-conservatrice, opposée à l’avortement. Elle succédait à l’icône féministe et progressiste Ruth Bader Ginsburg, décédée fin 2020. (lire : RUTH BADER GINSBURG ET LE POUVOIR DES FEMMES)

Joe Biden annoncera son choix fin février. Il doit aller vite car  c’est au Sénat que revient la décision finale sur les nominations à la Cour suprême. Et la chambre haute du Congrès américain doit être renouvelée à l’automne et il se pourrait bien que Joe Biden perde la majorité. Pour l’instant, les démocrates disposent d’une très mince majorité: 50 voix plus celle de la vice-présidente Kamala Harris, contre 50 pour les républicains.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

KAMALA HARRIS : « LA PREMIÈRE MAIS PAS LA DERNIÈRE ». ET PAS «PREMIÈRE DAUPHINE!»

LE DROIT À L’AVORTEMENT MENACÉ AUX ETATS-UNIS

L’ARKANSAS INTERDIT L’IVG, LA MENACE S’ÉTEND AUX ETATS-UNIS

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire