Accueil Politique & Société Journée mondiale de l’avortement : appels à voter la loi cachée

Journée mondiale de l’avortement : appels à voter la loi cachée

par Camille Saint-Cricq

Manifestation du 25-9-21. Photo @SUDSanté Sociaux

Un texte devant améliorer la législation sur l’avortement est bloqué dans la mécanique parlementaire.

« A l’occasion de la journée internationale pour le Droit à l’avortement, j’appelle le gouvernement à enfin prendre ses responsabilités et à s’engager en faveur du droit à l’avortement pour toutes les femmes » : la députée du Val-de-Marne Albane Gaillot, membre et référente égalité du groupe Ecologie Démocratie Solidarité, doit encore batailler pour faire inscrire à l’ordre du jour un texte adopté en première lecture à l’Assemblée Nationale il y a un an. Ce texte veut, principalement,  allonger les délais légaux d’accès à l’avortement de 12 à 14 semaines, supprimer la clause de conscience spécifique à l’IVG ou encore autoriser la pratique des IVG instrumentales par les sages-femmes jusqu’à 10 semaines .

Il avait été adopté en première lecture contre l’avis du gouvernement

Lire :  ALLONGEMENT DU DÉLAI D’IVG ADOPTÉ À L’ASSEMBLÉE MALGRÉ LES RÉSERVES DU GOUVERNEMENT

Le texte a ensuite, sans surprise, été rejeté par le sénat le 20 janvier 2021 et la navette parlementaire a poursuivi son chemin. La commission des affaires sociales a, une deuxième fois, adopté la proposition de loi le 10 février. Et puis… plus rien. L’examen du texte a été retiré de l’ordre du jour de la séance publique du 18 février.  Entre-temps, le Comité consultatif d’éthique, saisi par le ministre de la Santé Olivier Veran, avait considéré qu’il n’y avait pas d’obstacle à l’allongement des délais.

Mais les réticences de la droite, conjuguées à celles du gouvernement, ont réussi à mettre le texte hors jeu. Le président de la République, Emmanuel Macron fait pencher le « en même temps » du côté droit. Dans une interview au magazine Elle en juin dernier, il affirmait d’un côté : «L’IVG est une conquête immense pour les femmes » Et il adoptait la rhétorique des opposants d’un autre côté : « Mais je mesure le traumatisme que c’est d’avorter.» Une façon insidieuse de faire culpabiliser les candidates à l’avortement.

Alors les militantes sont descendues dans la rue le 25 septembre pour défendre un droit si difficile à acquérir et à maintenir. Les associations ont multiplié les communiqués et appels. Le Haut conseil à l’égalité a saisi l’occasion de cette journée mondiale pour affirmer qu’il soutenait la proposition de loi  et appelle la France à être moteur de cette avancée des droits des femmes. À l’approche de la présidence française de l’Union Européenne, l’organe consultatif « appelle la France à affirmer que les droits sexuels et reproductifs sont une composante essentielle d’un État de droit ».

Si la petite république de Saint-Marin a approuvé dimanche, au cours d’un référendum, la légalisation de l’avortement, si le Mexique ou la Nouvelle-Zélande ont récemment dépénalisé l’avortement, des menaces pèsent partout dans le monde (voir ci-dessous), ce n’est pas le moment de baisser la garde en France.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

AU MEXIQUE, DÉPÉNALISATION DE L’AVORTEMENT

L’AVORTEMENT QUASIMENT INTERDIT AU TEXAS

L’ARKANSAS INTERDIT L’IVG, LA MENACE S’ÉTEND AUX ETATS-UNIS

POLOGNE : « EN GUERRE » CONTRE L’INTERDICTION DE L’IVG

RETOUR EN ARRIÈRE POUR L’IVG AVEC LA PANDÉMIE

L’IVG OFFICIELLEMENT DÉPÉNALISÉE EN NOUVELLE-ZÉLANDE

DÉLIT D’ENTRAVE NUMÉRIQUE À L’IVG : LA LOI DÉFINITIVEMENT ADOPTÉE, MAIS…

POLÉMIQUE SUR LA GRÈVE DU SEXE CONTRE L’INTERDICTION DE L’IVG

IVG, UN DROIT TOUJOURS « À GARANTIR ET À DÉFENDRE »

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com