Accueil MédiasBruits et chuchotements La faute à ma femme, Delevoye et les autres

La faute à ma femme, Delevoye et les autres

par La rédaction

Jean-Paul_Delevoye sur Wikimedia Commons

En invoquant le rôle de sa femme dans ses erreurs de déclarations, le « Monsieur retraites » démissionnaire actionne un des stéréotypes délétères pour l’égalité. Il n’est pas le seul.

Le Haut-commissaire aux retraites a présenté sa démission au gouvernement suite à plusieurs révélations sur ses activités et mandats non déclarés. Puis de mauvaises déclarations à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) ont achevé le tableau. Dans une déclaration transmise à l’AFP, Jean-Paul Delevoye  dit qu’il « paye » sa « légèreté coupable » et ses négligences dans sa déclaration d’intérêts. Des négligences qui ont retardé la publication de sa déclaration sur le site de la HATVP. Le « Monsieur retraites » du gouvernement avait dû la refaire. « Je m’étais trompé sur ma situation patrimoniale, j’avais aussi mis le patrimoine de ma femme» dit-il.

Mais au passage, interrogé par Le Parisien, il a mis en cause son épouse à laquelle il semble déléguer ce qui l’ennuie : « J’avoue, autant je suis rigoureux sur les budgets publics, autant c’est ma femme qui s’occupe de tout ce qui est l’administratif. »

Instrumentaliser l’épouse pour se dérober, la méthode n’est pas nouvelle chez les hommes politiques. Et elle est l’occasion de faire perdurer le sexisme ordinaire l’air de rien. Ici pour dire que l’homme laisse les basses besognes à son épouse. Mais la partition est variée.

Quand François Fillon avait été accusé de verser un salaire pour un emploi fictif à son épouse, elle était à peine au courant et l’ex-Premier ministre n’en finissait pas de reprocher à ses accusateurs d’être sexistes, histoire de montrer la paille dans l’œil du voisin pour ne pas voir la poutre dans le sien (voir : Affaire Penelope Fillon : misogynie, vraiment ?) Quelques jours après, le Canard enchaîné nous apprenait que le même François Fillon avait employé ses enfants lorsqu’il était sénateur et avait alors payé son fils bien plus que sa fille.

En regardant les rémunérations des assistant.e.s des parlementaires, il apparaissait également que François de Rugy rémunérait un assistant parlementaire bien mieux que sa collègue, assistante parlementaire également, pourtant plus âgée que lui. L’ex président de l’Assemblée Nationale s’est, lui aussi défaussé sur son épouse lorsqu’il a été mis en cause dans une affaire de homard. Les photos de dîners privés financés par l’Assemblé Nationale avaient été transmises par son épouse à une amie… Plus tôt encore, dans l’affaire Cahuzac, l’ex-ministre avait dit avoir été poussé à la fraude par son ex-épouse qui voulait maintenir un certain niveau de vie…

Tous les stéréotypes y passent donc de la femme cupide à celle sur laquelle l’homme se décharge des tâches qui l’ennuient en passant par l’instrumentalisation ou la moindre rémunération des femmes

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire