La fête aux mamans

Illustration du “dictionnaire iconoclaste du féminin”

A l’approche de la fête des mères, certaines initiatives, loin des cadeaux émouvants, envoient aux femmes des injonctions pas vraiment festives.

Après la polémique sur « la fête à Macron » qui ne signifie pas la même chose que la « fête de Macron », voici venu le temps de « la fête aux mamans » qui vient gâcher les délicieuses déclarations d’amour de la « fête des mères ».

« Un peu de liquide vaisselle entouré d’un joli bolduc, ça fait toujours plaisir à une maman… Et un fer à repasser ? Un détergent ? Une poubelle ? Quelles merveilleuses idées ! » C’est ce que doivent penser  les responsables marketing qui proposent des promotions « fête des mère » sur ces produits. Il s’en trouve encore beaucoup dans les magasins en 2018. Mais les mentalités commencent à évoluer. Michel-Edouard Leclerc, le patron de la chaîne d’hypermarchés qui porte son nom s’est engagé à « faire le ménage dans les stéréotypes » sans tergiverser.

Si certains commerçants commencent à lever un sourcil sur ces injonctions faites aux femmes d’être des mères dévouées et des ménagères, qu’en est-il du discours de l’Etat ? On vient de loin. Les origines de la fête des mères sont antérieures à Pétain, mais chaque étape qui a conduit à cette journée récompensait les mères de famille « méritantes » : celles qui élevaient beaucoup d’enfants pour peupler la France. Pourquoi pas… Le problème est que pendant très longtemps, la République n’a honoré les femmes qu’en tant que mères de familles nombreuses. Tandis que les médailles décoraient les poitrines des hommes pour bien d’autres faits de gloire. Et il a fallu que des associations se mobilisent pour un peu plus de parité dans les attributions de Légion d’Honneur.

Alors quand le président de la République, en présentant sa « stratégie pour les quartiers » parle de « politique des mamans », il y a quelque chose qui ne passe pas. L’utilisation du terme « mamans » qui infantilise, la maternité comme seule légitimation d’une parole politique, l’idéalisation de ces femmes qui  « font de la politique pour leurs enfants, leurs époux, leurs frères ou leur propre père ou leurs sœurs » selon les mots d’Emmanuel Macron. La femme méritante version quartier en difficulté en quelque sorte.

Point de femmes méritantes sublimées en revanche dans les pays du nord de l’Europe ! Dans ces pays qui préfèrent les politiques d’égalité aux politiques des mamans, l’Etat a organisé autrement les tâches autrefois prises en charge par les femmes. Pour le bien de l’égalité professionnelle, de l’égalité parentale et de la croissance économique. Une vraie fête pour les mères !

 

Tous les articles de la rubrique Point de vue

One thought on “La fête aux mamans”

  1. personne n’est obligé d’acheter ces conneries ou d’anoner derrière l’état ! quand je vois la signalétique rose/bleue chez Auchan je me dis que les cons sont légion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php