Accueil Politique & Société La minute de silence est-elle sexiste ?

La minute de silence est-elle sexiste ?

par La rédaction

Caroline Fiat sur LCP

Tragique événement : une infirmière a été tuée par un patient. Une députée demande une minute de silence. Le président de l’Assemblée nationale assure que l’usage ne le permet pas. Pas sûr.

Jeudi dernier dans l’unité psychiatrique du Centre hospitalier de Thouars, dans les Deux-Sèvres, une jeune infirmière a été poignardée à mort par un patient de 20 ans. Le parquet a ouvert une enquête. Les syndicats ont fait part de leur émotion, regretté que celle qui était encore ministre de la santé Agnès Buzyn, ne se soit pas déplacée et déploré le manque de moyens pour faire fonctionner correctement les hôpitaux et éviter de tels drames.

Pour rendre hommage à la victime, la députée LFI Caroline Fiat a voulu observer une minute de silence. Elle l’avait auparavant demandée au Président qui l’avait refusé. Alors elle s’est lancée lors des questions au gouvernement mardi : « Nous avons passé le week-end à n’entendre parler, bien malgré nous, que de l’élection municipale à Paris, occultant toute l’actualité, notamment le 14 février où le personnel hospitalier s’est mobilisé pour clamer son amour à l’hôpital public. Pire encore, a été passé sous silence le meurtre d’une jeune collègue de 32 ans poignardée à mort par un patient », a déploré cette élue, aide-soignante de profession, lors des questions au gouvernement. « Dès qu’un fonctionnaire d’Etat décède dans l’exercice de ses fonctions, il est d’usage de lui rendre hommage par une minute de silence dans cet hémicycle », a-t-elle poursuivi avant de proposer, en pleurs, d’utiliser son temps de parole pour rendre cet hommage au nom de son groupe.

Le Président de l’Assemblée nationale n’a pas laissé s’écouler la minute de silence et a immédiatement repris la parole. Richard Ferrand a ainsi déclaré :  « Mme Fiat, nous sommes tous sensibles à l’émotion provoquée par le drame que vous venez d’évoquer, mais ainsi que je l’ai indiqué au président de votre groupe, l’usage limite la pratique des minutes de silence à des cas exceptionnels et solennels, et il ne peut y avoir dans cet hémicycle de minutes de silence à l’initiative d’un député ou d’un groupe … Permettez-moi aussi de vous dire que sur tous les bancs siègent des professionnels de santé, et que chacun ici partage la peine de la famille endeuillée »

Mercredi 19 février, le leader de LFI, Jean-Luc Mélenchon, est revenu sur cette affaire rappelant : « sous votre propre présidence, j’ai moi-même décidé de consacrer une minute de mon temps de parole à une minute de silence à la mémoire des gilets jaunes qui avaient péri dans des accidents de circulation au début du mouvement »

Richard Ferrand lui a alors reproché de vouloir « rajouter de la peine à la peine en laissant croire qu’il y aurait ici un parlementaire, sur quelque banc que ce soit, qui serait indifférent au drame survenu »…

Alors quelles sont les règles ?

Les règles qui décernent des honneurs ont longtemps été assez sexistes. Si les hommes recevaient des légions d’honneur pour de hauts faits de guerre ou de commandement divers, les femmes, elles, les recevaient quand elles avaient beaucoup d’enfants. Il a fallu quelques directives sur la parité pour honorer les femmes pour des engagements autres.

A noter cependant que, lors du lancement de la « grande cause nationale« , Emmanuel Macron a fait observer, à l’Elysée, une minute de silence « pour les 123 femmes mortes sous les coups de leur compagnon en 2016 ».

Concernant les minutes de silence, la députée Caroline Fiat n’a pas tort de dire qu’elles sont réservées aux fonctionnaires d’Etat décédés dans l’exercice de leurs fonctions. Et ces fonctionnaires exercent plutôt des métiers traditionnellement masculins.

Mais, semble-t-il, rien n’empêchait l’Assemblée nationale de se recueillir après le tragique meurtre de l’infirmière. Wikipedia a dressé la Liste des minutes de silence observées par l’Assemblée nationale française depuis le début de la Vème république et répertorie plusieurs types d’hommages : les décès de députés,  de personnalités politiques, , de militaires morts en opération, de membres des forces de l’ordre morts en service,  et … d’autres personnalités. Parmi elles : Yvonne De Gaule, l’épouse du Général et ancien président de la République, Claude Erignac, le haut fonctionnaire assassiné en Corse, le navigateur Eric Tabarly, Mathias et Madisson, deux enfants tragiquement assassinés en 2006, et la photographe de guerre Camille Lepage. L’usage semble donc assez ouvert face à des tragédies

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire