Accueil Société La mode, une affaire d’hommes

La mode, une affaire d’hommes

par La rédaction

Nouvelle photo saisissante à l’occasion de l’inauguration de l’Institut français de la mode : un ministre entouré de patrons de grandes maisons. Des patrons qui sont rarement des femmes.

Le 24 novembre dernier était inauguré en grandes pompes le nouvel Institut Français de la Mode (IFM). La mode, un univers plutôt féminin ? Pas aux commandes de ce secteur d’activité, fleuron de l’industrie Française. Le nouveau groupe scelle le rapprochement de l’IFM, créé en 1986 par Pierre Bergé pour former des managers, et l’Ecole de la Chambre syndicale de la couture parisienne (ECSCP), créée en 1927, qui forme de futurs créateurs.trices et technicien.nes de la couture, et a notamment accueilli Yves-Saint-Laurent. L’Institut se situe dans le gigantesque bâtiment contemporain de la Cité de la mode et du design, un campus de 8.000 mètres carrés sur les bords de Seine quai d’Austerlitz.

Des grands noms, un bâtiment majestueux et… pas de femme sur la photo. Pour parler de cette inauguration, le Figaro, dans son édition du 4 décembre, a choisi de montrer une photo de Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie,  qui avait donné le feu vert au rapprochement des deux institutions en 2019, entouré de patrons de grandes maisons. Autour de lui et du directeur de l’IFM, Xavier Romatet, s’affichent aussi Guillaume de Seynes, directeur général d’Hermès, Bruno Pavlovsky, président de Chanel SAS, et Sidney Toledano, président-directeur général du groupe LVMH Fashion.

La gouvernance de l’établissement n’est pas très féminisée. A l’exception de la directrice adjointe Sylvie Ebel, ce sont des hommes qui décident. Parce que ce sont aussi des hommes qui dirigent les grandes maisons appelées à gouverner l’IFM. Des hommes qui disent aux femmes comment elles doivent s’habiller. Notons aussi que ce sont des hommes qui dirigent les journaux assurant la médiatisation de la mode. Xavier Romatet, avant de diriger l’IFM était Président Directeur Général de Condé Nast France (éditeur de Vogue, Glamour, GQ, AD et Vanity Fair)…

Laisser un commentaire